REUTERS/Emmanuel Foudrot

La CCT-cheminots a annoncé vendredi la poursuite en juillet de la grève contre la réforme de la SNCF, au-delà du 28 juin, date sur laquelle les syndicats s'étaient mis d'accord, s'attirant les foudres des autres centrales pour son cavalier seul.

"Nous voyons une réforme idéologique et pour nous ça menace le système ferroviaire, ça menace les droits des salariés et donc nous allons poursuivre sur le mois de juillet", a déclaré vendredi sur Franceinfo Laurent Brun, le secrétaire général des cheminots de la CGT, premier syndicat à la SNCF (34%).

"Combien de temps ? On verra. Comment ? On verra, mais il n'est pas question de s'arrêter au calendrier puisque le gouvernement, lui, souhaite passer en force", a-t-il ajouté.

Le ministère des Transports a jugé vendredi "regrettable que la CGT persiste dans sa posture" alors que le Parlement a définitivement voté la réforme jeudi.

"La réforme est arrivée à son terme, elle a été concertée, la loi a été votée démocratiquement, et elle s’appliquera. La démocratie a tranché, et la CGT ne peut pas l’ignorer", a déclaré à Reuters un responsable du ministère.

"Quel est le sens de poursuivre un mouvement sauf à pénaliser des usagers qui sont déjà plus que lassés et qui aspirent simplement et légitimement à préparer leurs congés?"

La CGT fait cavalier seul

La prise de position de la CGT est susceptible de briser l'unité syndicale qui a jusqu'ici prévalu.

La CFDT cheminots prendra position le 28 juin, mais "il y a d'autres manières de se mobiliser que de continuer la série de grèves", a déclaré Laurent Berger à Franceinfo. Un autre désaccord oppose la CGT et la CFDT à propos de la trêve proposée par la centrale de Laurent Berger sur les lignes RER et TER la semaine des épreuves du baccalauréat.

Autre syndicat réformiste, l'Unsa-ferroviaire a regretté une décision "unilatérale" de la CGT. De son côté, Erik Meyer, secrétaire fédéral Sud Rail qui réclame aussi le retrait de la réforme, a regretté la décision de la CGT alors qu'il y est favorable sur le principe.

En attendant, la grève perlée se poursuit.

Prochains épisodes dimanche 17 et lundi 18 juin, puis les 22 et 23 juin, et les 27 et 28 juin. 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : La réforme de la SNCF qui entrera en vigueur en 2020 vient d'être définitivement adoptée

VIDEO: L'Airbus du futur dispose d'un spa et d'une salle de sport, mais manque de fenêtres