Dans cinq mois, vous pourriez payer plus cher vos billets d'avions Air France-KLM si vous décidez de passer par une agence de voyage.

La compagnie aérienne, qui dévoilera lundi une refonte de son programme de fidélité Flying Blue, a décidé d'appliquer une surcharge de 11 euros par aller simple réservé via des intermédiaires, à partir du 1er avril 2018.

"Afin de s'adapter aux évolutions du marché et pour améliorer son efficacité, Air France-KLM va instaurer une surcharge de distribution sur les ventes par GDS, effectif à partir du 1er avril 2018", explique le groupe dans un communiqué publié ce vendredi matin sur ses résultats du troisième trimestre 2017.

Les GDS — comme Amadeus, Travelport et Sabre — sont des fournisseurs de systèmes de distribution de voyages. Ils permettent aux intermédiaires de rapidement comparer les horaires, les prix et la disponibilité des places dans les avions avant de les proposer à leurs clients.

La surcharge ne s'appliquera ni aux canaux de ventes directes Air France-KLM et Hop ni aux agences de voyages qui passent via une connexion NDC — un standard qui doit faciliter la vente des services additionnels des compagnies aériennes.

"L'agence de voyage aura la possibilité de vendre Air France-KLM en passant par un canal non surchargé, c'est-à-dire en se connectant sur les APIs ou en passant par l'outil dédié Agent Booking Tool. En revanche, si l'agence fait le choix de vendre le billet sur GDS, la surcharge s'appliquera", a répondu Air France-KLM par écrit à Business Insider France.

Lufthansa a été la première compagnie en 2015 à instaurer cette stratégie, pour limiter les frais et mieux contrôler ses ventes. Elle estimait ainsi à l'époque qu'une réservation en direct lui coûtait 2 euros, contre 16 euros via les GDS, rapporte le site tourmag. British Airways et Iberia ont depuis suivi.

Par ce biais, les compagnies aériennes cherchent à faire revenir leurs clients sur leur site internet pour gérer en direct la relation avec eux et augmenter leurs profits en vendant des services tels que des espaces supplémentaires pour les jambes ou l'accès aux salons des aéroports.

Dégringolade en Bourse

Air France-KLM a chuté en Bourse vendredi matin, sa prévision reformulée de réductions de coûts ne convainquant pas les analystes malgré des résultats trimestriels meilleurs que prévu et des prévisions encourageantes pour les mois à venir.

Le groupe franco-néerlandais a accusé la plus forte baisse de l'indice SBF120, plongeant de 9,26% à 12,635 euros à 11h35 — sa pire performance depuis février 2010 — après avoir nettement accéléré ses pertes après une conférence téléphonique. A la clôture, la baisse était de 7,47%.

Au troisième trimestre, la compagnie aérienne a amélioré son bénéfice d'exploitation de 38,7% à 1,022 milliard d'euros et son chiffre d'affaires de 5,1% à taux de change constants à 7,235 milliards.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Le patron de Credit Suisse vient de donner la raison pour laquelle les banquiers se méfient du bitcoin