Altice a annoncé vendredi un accord pour la vente de deux filiales en Suisse, d'une valeur d'entreprise de 214 millions de francs suisses (183 millions d'euros), précise le groupe de télécoms et de médias dans un communiqué.

La Bourse a très tôt salué cette promesse tenue, l'action gagnant 0,41% à l'ouverture puis 3,87% à 9h40.

Mais  au cours de la journée,  les investisseurs ont semblé hésité. Le titre a été chahuté, perdant même 0,36% à 15h03 puis finissant à la clôture quasi stable, avec une progression de 0,44%, à 6,66 euros.

Capture d'écran action Altice à 17h05 le 1er décembre 2017. Investing.com

Cette semaine, l'action est retombée mercredi 29 novembre sous son prix d'introduction en Bourse pour la première fois depuis mars 2014.

La transaction, qui devrait être finalisée début 2018, concerne Green.ch et Green Datacenter, deux fournisseurs d'accès à internet et de services de centres de données, qui seront repris par la société d'investissement InfraVia Capital Partners.

C'est le premier des trois engagements pris par Altice afin de rassurer les investisseurs alors que son action est en chute libre depuis un mois en Bourse.

Le 20 novembre, Altice avait indiqué:

  • Ne préparer "aucune opération de levée de fonds de quelque sorte que ce soit" et n'avoir "aucune intention de le faire, y compris aux Etats-Unis",
  • céder les actifs dits non stratégiques. Ils pourraient notamment concerner son portefeuille de tours réseaux, c'est-à-dire les pylônes SFR, précise Le Figaro. Le Financial Times croit savoir qu'Altice cherche également à se débarrasser de son réseau télécom en République dominicaine,
  • n'avoir aucun projet d'acquisition significative en vue — ce qui pourrait remettre en cause sa participation au prochain appel d'offres du football français et ainsi amoindrir les gains faramineux espérés par la ligue et les clubs.

Au premier semestre 2017, SFR a remporté au nez et à la barbe de Canal+ et BeIn Sports les droits de retransmission jusqu'en 2021 de la Ligue des Champions en France — la compétition européenne de football la plus prestigieuse.

Confiant sur ce choix d'investissement, Patrick Drahi a précisé que l'acquisition de ces droits sportifs devrait contribuer à générer au moins 1,5 milliard à 1,7 milliard d'euros, hors recettes publicitaires.

L'action a perdu plus de 50% en un mois. La dette d'Altice de 50 milliards d'euros effraie désormais les investisseurs.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Altice vit un mois de novembre désastreux — chronologie des déboires qui fragilisent le groupe du magnat Patrick Drahi