Loup de Wall Street

Le Loup de Wall Street. YouTube/Paramount Pictures

A Wall Street, les bonus attribués aux banquiers pour 2016 ont augmenté de 2%, à près de 24 milliards de dollars.

Dans les banques européennes, c'est le scénario inverse: Deutsche Bank a par exemple annoncé une coupe de 80% dans les bonus versés à ses employés pour l'année 2016, rapportait il y a quelques semaines Bloomberg.

L'écart de bonus entre les banques américaines et les banques européennes continue ainsi de grandir, observe Les Echos

Selon les chiffres recueillis par le journal, un analyste de Morgan Stanley, Goldman Sachs ou encore de JP Morgan gagne deux fois plus de bonus qu'un analyste de Barclays, Deutsche Bank, Crédit Suisse ou BNP Paribas.

En effet, les premiers ont déclaré en moyenne avoir gagné en 2016 et début 2017 environ 14.970 euros de bonus, contre 7490 euros en moyenne pour les seconds.

Les bonus varient aussi pour les associés: 44.900 euros pour un associé qui travaille à Wall Street, contre 34.600 euros pour celui d'une banque européenne.

Il existe deux raisons principales expliquant ces écarts significatifs:

  • le plafond des bonus en vigueur depuis 2015 qui limite les variables en Europe — une mesure d'ailleurs critiquée par certains établissements dont la banque espagnole BBVA qui estime que cela complique le recrutement de talents dans la tech,
  • mais surtout l'écart de performance entre les banques américaines et les banques européennes, notamment de leurs revenus dans les taux — la source de revenus principale des banques de financement et d'investissement.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Goldman Sachs a remplacé 600 traders par 200 ingénieurs en 16 ans