steve

Le DG d'Apple, Tim Cook.AP

Apple a tenu sa promesse, et a publié son premier papier académique concernant l'intelligence artificielle (IA).

La multinationale américaine avait toujours gardé le silence sur ses recherches sur l'IA. Mais au début du mois de décembre, le directeur des recherches IA d'Apple, Ruslan Salakhutdinov, a promis d'être plus transparent.

Le nouvel article d'Apple — publié le 22 décembre et intitulé "apprendre des images stimulées et non-supervisées à travers un entraînement antagoniste" — a donné un aperçu de certaines techniques qu'utilise Apple pour développer l'IA.

Dans cette étudie, publiée via l'université de Cornell, les chercheurs d'Apple détaillent une technique qui peut être utilisée pour améliorer la manière dont un algorithme apprend à "voir" ce que représente une image.

Les six auteurs du papier montrent qu'en utilisant des images de synthèse (comme dans les jeux vidéo), au lieu d'images du "vrai monde", cela peut être plus efficace pour entraîner une IA — car une IA a un réseau de "neurones", qui sont créés pour penser de la manière dont le font les humains.

Pourquoi ? Car les données d'images synthétiques sont déjà annotées et étiquetées alors que les images du monde réel ne le sont pas.

Cependant, l'utilisation d'images de synthèse a ses problèmes. Les chercheurs écrivent qu'elles ne sont "souvent pas assez réalistes, ce qui pousse les réseaux neuronaux à n'apprendre que des détails présent dans des images de synthèse", et ont ainsi du mal à "faire des généralisation sur les images plus réelles".

Pour contourner ce problème, les chercheurs proposent d'utiliser une technique appelée "Apprentissage stimulé+non supervisé", qui combine des images non annotés avec des images de synthèses.

Le papier a été écrit par Ashish Shrivastava, qui a supervisé les autres chercheurs Tomas Pfister, Oncel Tuzel, Josh Susskind, Wenda Wang et Russ Webb.

La technologie d'Apple est déjà capable de reconnaître des visages sur les photos, mais l'entreprise américaine et ses rivales ne pourraient que bénéficier d'un programme capable de reconnaître les lieux, animaux, marques, etc.

La publication de cette étude a lieu après que le directeur du département IA de Facebook, Yann LeCun, a dit que le fait qu'Apple ne publiait jamais rien avait de quoi les défavoriser sur le marché de l'emploi.

En effet c'est un domaine où Google, Amazon, et DeepMind cherchent déjà à employer les meilleurs talents possibles.

"Vous ne pouvez pas dire 'venez travailler chez nous mais vous n'aurez pas le droit de dire ce que vous y faites'", a-t-il asséné. "Parce que vous ruineriez leur carrière."

Jack Clark, qui écrit la newsletter "Import AI", a écrit dans son dernier mail :

"La participation d'Apple à la communauté de la recherche en intelligence artificielle va aider à embaucher plus de chercheurs en IA, et cela bénéficie à toute la communauté en général."

Il est probable que la majorité du travail d'Apple se déroulera au sein de son QG de Cupertino, mais la marque à la pomme a également un grand nombre d'autres locaux tout autour du monde, parmi lesquels un laboratoire secret à Cambridge (UK) dédié à Siri.

Apple n'a pas immédiatement répondu aux questions de Business Insider US.

Version originale : Sam Shead/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Le premier iPhone est sorti il y a 10 ans — il semble tellement dépassé aujourd'hui