Le combat pour remplacer l’iPhone et les autres smartphones a commencé — voici ce qu’il faut surveiller lors du premier round

Tim Cook. AP

En début d'année, les plus grandes entreprises tech au monde ont toutes exposé leur vision sur l’avenir de l’informatique. Aujourd'hui, cela s’apprête à devenir réalité.

Quand Apple fera sa grande présentation mardi 12 septembre, il ne s'agira pas seulement de dévoiler l'iPhone 8, mais bien de donner le coup d'envoi d'une nouvelle vague d'annonces dans le secteur de la tech. Les géants de la tech ne feront plus la promotion de leur vision d'avenir mais bien de produits qui pourraient être en magasin dès la fin d'année.

Cette transition de la vision au produit tangible marque la première étape d'un plan plus large pour remplacer le smartphone par la prochaine grande plateforme technologique. Il faudra une décennie avant que cette transition ne soit achevée, du moins si l’on croit Mark Zuckerberg. Mais lentement — gadget après gadget d’Apple, Google et Microsoft — on se rapproche d'un avenir dépourvu d'écrans, de claviers, et, de fait, de smartphones.

Si vous suivez le long et lent cheminement du smartphone vers sa disparition, voici les signaux que vous devriez guetter jusqu'à la fin de l’année.

Apple

Lors de son événement mardi, on attend qu'Apple lance l'iPhone 8, une édition spéciale pour le 10ème anniversaire du gadget qui a déclenché le boom des smartphones. Le terminal devrait donner un coup de jeune matériel à l'iPhone; avec un écran qui couvre toute la face avant du téléphone à l'exception d'une encoche pour l'appareil photo. Mais plus important: l'iPhone 8 marquera la première incursion d'Apple dans le monde de la réalité augmentée.

La réalité augmentée est la technologie qui projette une image numérique dans le champ de vision de l'utilisateur à travers une lunette ou un masque ou casque de réalité augmentée. Dans le futur, il sera possible de visualiser ces objets virtuels à travers des lentilles de contact personnalisées.

La plupart des experts du secteur estiment que ces terminaux de réalité augmentée vont à terme remplacer les smartphones. Après tout, pourquoi s'encombrer d'un téléphone quand vous pouvez voir tous vos textos, éditer des feuilles de calcul et regarder Netflix avec vos lunettes ou lentilles de contact?

La transition attendue vers la réalité augmentée donne à Apple une bonne raison, certes un peu perverse, de tuer l'iPhone. Apple a amplement profité de la transition de l'industrie tech du PC vers le smartphone, au grand dam de Microsoft qui dominait l'âge d’or du PC. Il est dans l'intérêt d'Apple d'être en pointe dans la transition du smartphone vers la réalité augmentée avant qu'un challenger ne fasse du fabricant de l'iPhone le Microsoft de l'ère du smartphone.

Voici à quoi pourrait ressembler l'iPhone 8 si les rumeurs sont vraies. YouTube/MKBHD

Apple semble être disposé à faire ceci. La firme de Cupertino a récemment lancé ARkit, un ensemble logiciel d'outils qui permettent aux développeurs d'accéder à l'appareil photo de l'iPhone et ses capteurs pour construire des applications de réalité augmentée.

A court terme, Apple espère que ARkit va devenir une aubaine pour ses smartphones et on peut s'attendre à ce que l'entreprise fasse beaucoup de publicité aux fonctions de réalité augmentée de l'iPhone 8. Tim Cook, DG d'Apple, a déjà déclaré qu'avec la réalité augmentée, l'iPhone deviendra "encore plus essentiel qu'il ne l'est aujourd'hui."

Mais à long terme, ARkit pourrait donner un avantage à Apple même sur les terminaux qui rendront l'iPhone obsolète. Apple travaillerait apparemment déjà sur une paire de lunettes connectées.

Quand Apple a lancé l'iPad, les consommateur pouvaient, dès le premier jour, installer des millers d'applis dessus, car il pouvait accueillir toutes les applications qui fonctionnaient déjà sur l'iPhone, commercialisé depuis trois ans. De la même manière, quand Apple lancera ses smartglass, les consommateurs pourraient télécharger d'emblée des applis de réalité augmentée car ce seront les mêmes que celles développées aujourd'hui avec ARkit.

Mais la réalité augmentée n'est pas la seule technologie post-smartphone ou le seul terminal dont Apple est susceptible de parler mardi. La société devrait aussi livrer plus de détails sur le HomePod, sa nouvelle enceinte connectée avec Siri, concurrente d'Amazon Echo et Google Home.

Google

En octobre, quelques semaines après l'événement d'Apple, Google devrait lancer le Pixel 2, son nouveau smartphone emblématique et la deuxième génération du Pixel original, lancé l'année dernière. Ce qui serait intéressant de voir est si Google va utiliser cette occasion pour parler de réalité augmentée à son tour.

Récemment encore, l'entreprise a lancé ARcore, un système de réalité augmentée pour Android qui fonctionne de manière comparable à ARKit d'Apple, en permettant aux développeurs de créer de nouvelles applications qui utilisent l'appareil photo du téléphone de manière novatrice. A la différence d'Apple, dont les smartglass sont toujours en cours de développement, Google a déjà un objet sur le marché sous la forme de ses Google Glass rénovées. Cela pourrait donner un peu d'élan à toute l'offre d'AR.

Les nouvelles Google Glass Enterprise Edition peuvent être utilisées avec des lunettes de sécurité. AGCO

La réalité augmentée est un enjeu aussi important pour Google que pour Apple. En tant que numéro un des systèmes d'exploitation mobiles, Google a beaucoup à perdre si les gens commençaient à passer plus de temps sur des terminaux de réalité augmentée que sur leur smarpthone, surtout si ces gadgets étaient équipés d'un autre logiciel.

Mais que Google révèle ou pas plus de choses sur ses projets en AR, il devrait bientôt parler plus des assistants virtuels et des enceintes connectées.

Comme l'a montré le succès précoce de la gamme Echo d'Amazon, il y a un marché potentiel pour une technologie qui permet aux utilisateurs de poser des questions et obtenir des réponses sans passer par un écran. A première vue, ce marché est fait pour Google. Répondre à des questions est sa raison d'être et la chose qu'il fait mieux que quiconque. Et, en effet, Google a montré l'an dernier qu'il s'intéressait à ce marché en dévoilant l'enceinte connectée Google Home.

L'entreprise serait maintenant en train de préparer une version réduite de Google Home. Non seulement ce nouveau gadget serait mieux positionné que l'original pour concourir avec l'enceinte au format poche Echo Dot d'Amazon, mais il validerait aussi l'importance de Google Assistant, la réponse du moteur de recherche à Siri.

Mais comme la réalité augmentée, les enceintes connectées et les assistants virtuels représentent une menace pour l'entreprise. Elle n'a pas trouvé comment élargir son activité publicitaire — qui génère toujours la majorité de son chiffre d'affaires — à des interfaces vocales.

Ceci dit, on peut s'attendre à ce que Google pousse le marché des assistants virtuels jusqu'à en posséder une part significative.

Microsoft

Depuis plusieurs années, Microsoft annonce chaque année en octobre un nouvelle version de ses ordinateurs Surface. Et on s'attend à ce que le groupe en fasse encore autant cette année, quand bien même l'objet de l'annonce fait encore débat.

Mais l'on connaît la stratégie plus globale de l'entreprise: si la réalité augmentée est la prochaine grande rupture technologique, alors Microsoft veut que Windows en soit le moteur. La société ne veut pas rater le coche comme pour le mobile.

Microsoft s'est lancé dans la réalité augmentée avant même que cette technologie ne soit cool, en créant son casque HoloLens. Annoncé début 2015 et vendu pour 3000 dollars depuis mi-2016, HoloLens a pris ses rivaux de court.

Mais aujourd'hui, Apple et Google menacent de répliquer. Et donc, Microsoft repart à l'attaque — non pas dans la réalité augmentée mais dans un univers connexe. La société a noué des partenariats avec des constructeurs informatiques, dont Dell et Asus, pour créer des casques de réalité virtuelle (VR) pour Windows à bas prix, commençant à 300 dollars. Et le géant du logiciel a aussi conclu des accords avec Valve et d'autres entreprises pour avoir des contenus de VR.

Microsoft Surface Pro. Melia Robinson/Business Insider

La thèse chez Microsoft est que réalité augmentée et virtuelle sont étroitement liées. Le succès dans une des deux amènera au succès dans l'autre.

Pour revenir à l'annonce attendue de Surface, on peut s'attendre à ce que Microsoft, quand il l'a présentera, évoque aussi la réalité virtuelle sur Windows.

Quant à la voix, Microsoft essaie de construire une niche pour son assistant virtuel Cortana comme intelligence artificielle de prédilection pour les professionnels en mobilité. On peut s'attendre aussi à plus d'annonces sur la manière dont Cortana va collaborer avec Alexa d'Amazon. C'est un attelage qui devrait inquiéter Google et Apple.

La surprise

Amazon évite habituellement de faire des événements à sa gloire et n'est pas très connu pour dévoiler ses projets à l'avance. Mais on peut émettre quelques hypothèses informées sur au moins un produit.

Depuis quelques semaines, l'entreprise propose son enceinte connectée Echo, jusqu'ici commercialisée pour 179 dollars, à 99 dollars, voire moins. Cela pourrait indiquer qu'une nouvelle version est sur le point d'arriver.

Le Amazon Echo Look. Amazon

Tout le marché garde un œil sur Amazon, Echo et Alexa. Parce qu'Amazon ne dispose pas d'une plateforme informatique qu'il faudrait défendre, le distributeur a été libre de s'aventurer dans le domaine des enceintes connectées et des assistants virtuels. Depuis le début de l'année, Amazon a lancé une assistant visuel de shopping opéré par Alexa et une tablette tactile dotée d'Alexa et de quelques autres commandes. Et de nombreuses entreprises ont annoncé qu'elles intègreraient Alexa à leurs produits — dont d'autres enceintes connectées, des réfrigérateurs et des voitures.

L'activité hardware d'Amazon n'a pas la même envergure que chez Apple ou Microsoft, mais les terminaux Echo ont rencontré un succès honorable à leur petite échelle. Dans la course pour tuer le smartphone, Amazon n'est peut-être pas en tête de peloton mais c'est assurément un acteur qu'il faut continuer de surveiller.

Version originale: Matt Weinberger/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Le smartphone va disparaître un jour — après, tout est possible

Nouveau ! Découvrez BI Intelligence Profitez dès maintenant de notre offre de lancement ›

Contenu Sponsorisé

Entrepreneurs: 6 conseils à suivre quand on démarre

  1. David

    Attention aux fautes de grammaire .... pour un article du monde, ça craint quelque peu

    • Marie-Catherine Beuth

      Merci de votre vigilance et pardon du désagrément. On repasse un coup de peigne sur la copie.

Laisser un commentaire

Copyright © 2016 Business Insider Inc. Tous droits réservés. Conditions d'utilisations | Charte de protection des données | Publicité

Editions Internationales US UK DE FR AUS ID IN MY SG PL SE NL