Niklas Zennström, actuel DG et fondateur d'Atomico, a aussi cofondé Skype et Kazaa. Atomico

En 2006, un an après avoir vendu Skype à eBay pour 3,1 milliards de dollars, Niklas Zennström a fondé Atomico. Ce nouveau fonds d'investissement devait aider les entrepreneurs extérieurs à la Silicon Valley à faire grandir leurs activités à l'international.

Dix ans plus tard, Atomico vient de boucler son quatrième fonds et reste fidèle à cette ambition originelle. De 765 millions de dollars, Atomico IV sera dédié aux fondateurs européens qui ont validé un marché et cherchent "à devenir des leaders internationaux dans leur domaine", a annoncé la société ce jeudi 16 février 2017.

Atomico, qui a précédemment investi dans Hailo, Viagogo, Jawbone et Rovio, entend ainsi combler le "déficit de financement" auquel les entrepreneurs européens sont confrontés lorsqu'ils cherchent à prendre une dimension mondiale. 

"Alors qu’il y a eu plus de 1700 investissements de démarrage, ou Série A, pendant les 12 derniers mois, le taux de conversion aux stades suivants reste faible", indique Atomico dans un communiqué.

La France, qui reste derrière le Royaume-Uni en fonds levés, fait partie des pays où ce besoin est particulièrement fort bien que l'écosystème soit foisonnant en termes de création d'entreprises et d'innovations.

Atomico a confié l'Hexagone à Yann de Vries (Harvard, ETH Zurich):

"Nous cherchons à mettre à profit la créativité, l'expertise et l'ambition des sociétés tech françaises et aider les fondateurs à développer leur boîte pour devenir des leaders internationaux", observe-t-il dans un communiqué.

Le fonds Atomico IV est l'un des plus importants d'Europe. L'an dernier, Accel avait levé un fonds de 500 millions de dollars pour investir dans des startups européennes et israéliennes. Fin janvier, Rocket Internet annonçait la clôture d'un fonds de 1 milliard de dollars. 

Lire aussi : Une étude de Stripe sur les nouvelles startups françaises révèle combien l'e-commerce a changé en 10 ans