Les cofondateurs de Back Market, Thibaud Hug de Larauze (Dg), Vianney Vaute (directeur créatif) et Quentin le Brouster (directeur technique).

La startup française Back Market, une place de marché en ligne dédiée aux produits électriques et électroniques reconditionnés, a annoncé mercredi avoir levé 41 millions d'euros pour se développer aux Etats-Unis.

Première fortune de France, Bernard Arnault, qui dirige le géant du luxe LVMH, figure au nombre des investisseurs aux côtés, entre autres, de la société d'investissement Eurazeo.

Back Market, qui a pour concurrents les américains eBay et Amazon, connecte les vendeurs d'appareils usagés (smartphones, tablettes, consoles de jeu ...) avec des réparateurs. Les produits sont ensuite remis en état et mis en vente sur le site de la startup.

Back Market a l'ambition de créer une marque globale sur le marché reconditionné, ce qui implique de se développer aux Etats-Unis, a expliqué le co-fondateur et PDG de la jeune pousse Thibaud Hug de Larauze.

Les résultats financiers, la valorisation et la nouvelle répartition du capital de la société n'ont pas été détaillés.

La startup parisienne mise sur l'essor du marché des appareils reconditionnés, alimenté par la prolifération des smartphones, dont l'achat neuf est de plus en plus coûteux pour les consommateurs.

L'argent levé doit notamment permettre de doubler les effectifs pour les porter aux environs de 170 en l'espace d'un an, en recrutant notamment des experts en données et des ingénieurs pour ajouter de nouveaux produits au catalogue et améliorer le service client.

"Le potentiel est énorme, à hauteur de plusieurs milliards d’euros", a estimé Yann du Rusquec, responsable d'Eurazeo Croissance.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Cette startup de Lille reçoit un soutien de 15M€ pour prouver que ses robots autonomes préparent les commandes encore plus vite que ceux d'Amazon

VIDEO: Ce laboratoire de recherche sous-marin ne remonte jamais à la surface — c’est le seul au monde à rester sous l’eau