Le bitcoin pourrait à lui seul entraîner un réchauffement climatique de 2 degrés Celsius d'ici moins de 20 ans

L'ouragan Irma vu de l'ISS. YouTube/NASA Johnson

Le bitcoin est un désastre pour le climat. C'est en substance le message de chercheurs de l'Université d'Hawaï.

Dans une étude, publiée dans Nature, ils assurent que si le bitcoin est adopté massivement, à l'image d'autres technologies comme internet, la voiture ou le lave-vaisselle, il pourrait produire à lui seul suffisamment d'émissions de CO2 pour pousser le réchauffement climatique au-dessus de 2 degrés Celsius. Et ce, d'ici environ 16 ans seulement dans le pire scénario, et 22 ans en cas de diffusion plus lente de la technologie dans nos sociétés.

Ce n'est pas la première étude à pointer du doigt les conséquences néfastes sur l'environnement des crypto-monnaies comme le bitcoin. Mais c'est peut-être la plus alarmiste.

Ce qui pose problème? Le minage, qui permet la création de crypto-monnaies et de valider les transactions en bitcoins via la technologie décentralisée de la blockchain. Cette activité nécessite une grande puissance de calcul de la part des ordinateurs, ce qui génère une très forte consommation d'électricité. Or, l'électricité est notamment produite par des centrales à charbon. La Chine, pays qui concentre aujourd'hui la majorité des mineurs de la planète, en possède beaucoup sur son territoire.

Pour arriver à leurs conclusions, les scientifiques ont notamment analysé l'efficacité énergétique des ordinateurs utilisés pour miner du bitcoins, la localisation des mineurs à travers le monde et les émissions de CO2 liées à l'électricité dans les pays où ils se trouvent.

Une croissance "imprévisible"

"Aujourd'hui, les émissions provenant des transports, des logements et de l'alimentation sont considérées comme les principales contributrices au changement climatique en cours", a déclaré Katie Taladay, co-auteure de l'article paru dans Nature Climate Change, selon The Independent. "Cette étude montre que le bitcoin devrait être ajouté à cette liste."

Le professeur Eric Masanet, chercheur à la Northwestern University et qui n'a pas participé aux recherches, émet néanmoins des doutes au sujet de cette étude. Interviewé par le quotidien britannique, il affirme que "la croissance future des crypto-monnaies telles que bitcoin est hautement imprévisible".

"Nous savons que l'ensemble du secteur de l'énergie électrique se décarbonise et que les technologies de l'information, y compris les machines minant des crypto-monnaies, gagnent en efficacité énergétique", ajoute-t-il. 

Le bitcoin et les crypto-monnaies ont connu une envolée de leurs cours et suscité un fort emballant médiatique fin 2017. Mais l'enthousiasme autour des monnaies numériques est retombé depuis, même si de plus en plus de grands acteurs du monde de la finance s'y intéressent.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Les crypto-monnaies sont un désastre environnemental — elles ne peuvent pas être utilisées pour les paiements du quotidien, selon une organisation financière internationale

VIDEO: Voici les villes les plus isolées au monde