La présidente du Conseil des gouverneurs de la Réserve fédérale américaine, Janet Yellen à Washington, le 12 juillet 2017. REUTERS/Aaron P. Bernstein

La Réserve fédérale américaine a annoncé lundi avoir infligé une amende de 246 millions de dollars (214 millions d'euros) à BNP Paribas pour pratiques douteuses sur le marché des changes.

Cette amende tombe près de deux mois après celle de 350 millions de dollars (305 millions d'euros) déjà imposée à la banque française, pour les mêmes motifs, par le régulateur bancaire de New York.

Ce sont donc 520 millions d'euros au total que la banque française va devoir payer pour des déficiences dans les systèmes de surveillance et de contrôle internes des traders. La Fed reproche à la banque française de n'avoir ni détecté ni empêché l'utilisation de forums de discussions en ligne à des fins de manipulation des taux de change.

BNP Paribas a indiqué dans un communiqué que ce montant de 246 millions de dollars était couvert par des provisions et a dit "regretter profondément ces manquements passés qui ont conduit à cet accord et qui sont clairement en décalage avec les standards de haut niveau mis en oeuvre par le groupe".

A la Bourse de Paris, l'action BNP Paribas chutait de 0,88% à 9h30, à 65,28 euros.

En janvier, la Réserve fédérale américaine avait interdit toute activité sur le marché des changes à un ancien trader de BNP Paribas, Jason Katz. Elle a aussi interdit à la banque française de ré-embaucher toute personne ayant été impliquée dans ces manipulations de cours. 

Les faits remontent à la période 2007-2013 et depuis lors, BNP Paribas a mis en place un éventail de mesures visant à renforcer ses systèmes de contrôle et de conformité, a précisé la banque. Elle a accru ses ressources dédiées, organisé des formations pour ses équipes et édicté un nouveau code de conduite, a-t-elle ajouté.

Dans une autre affaire, BNP Paribas avait été condamnée en 2015 à payer une amende record de 8,9 milliards de dollars. Elle a été accusée par la justice américaine d'avoir contourné entre 2000 et 2010 les embargos imposés par les Etats-Unis à Cuba, à l'Iran, au Soudan ou à la Libye.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Comment les 'Rich Kids of Instagram' de Suisse dépensent leurs fortunes