La banque HSBC a annoncé dès mi-janvier qu'elle comptait déplacer environ 1000 postes de Londres à Paris au cours des deux prochaines années, en raison du Brexit.

D'autres banques comme Morgan Stanley ou JPMorgan n'ont pas encore révélé leurs nouveaux points de chute.

Un déménagement de Londres à Paris pouvait être considéré comme avantageux dans la mesure où le prix de l'immobilier dans la capitale britannique est traditionnellement plus élevé que partout ailleurs en Europe.

Mais les choses semblent changer de ce côté-ci, à cause de la chute du livre sterling, rapporte un article de Bloomberg.

Selon DataBiens, une base de données sur le marché de l'immobilier réservée aux professionnels du secteur, "depuis début 2016, les prix de l'immobilier à Paris ont commencé à grimper, tandis que dans le centre de Londres, nous avons constaté que les chiffres baissaient."

Au premier trimestre 2017, DataBiens a ainsi observé une hausse de 9% des prix de l'immobilier dans la capitale française par rapport à la même période de l'année précédente. Ainsi, l'expert de DataBiens interrogé par Bloomberg estime que les prix de l'immobilier parisien sont 22% plus cher qu'avant pour les détenteurs de livres sterling.

Un article des Echos rapportait il y a une semaine que Paris fait partie des cinq villes françaises affichant les plus fortes progressions du prix du mètre carré, avec une hausse de 7,2%, à 8529 euros.

En revanche, en février dernier, les prix de l'immobilier dans les 11 quartiers les plus huppés de Londres ont chuté d'environ 0,5%, selon Bloomberg. Au final, en un an, les prix n'ont augmenté que de 1,5%, la plus faible hausse depuis avril 2012.

D'autres banques comme UBS et Goldman Sachs ont, quant à elles, préféré Francfort à Paris pour transférer une partie de leurs employés londoniens.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Personne ne connaît la réelle issue du Brexit — mais ces entreprises savent déjà ce qu’elles veulent