La Première ministre britannique Theresa May arrive à Lancaster House pour prononcer son discours sur le Brexit, le 17 janvier 2017. REUTERS/Kirsty Wigglesworth

La Première ministre britannique Theresa May mettra fin à la liberté de mouvement des citoyens de l'Union européenne qui veulent se rendre au Royaume-Uni quand elle ratifiera l'article 50 le mois prochain, rapporte le journal The Telegraph.

Elle utilisera le début des négociations pour quitter l'UE comme une date limite pour les nouveaux migrants des 27 autres pays européens qui cherchent à venir vivre au Royaume-Uni, selon The Telegraph.

Ceux qui arrivent avant cette date conserveront leurs droits sous les règles de liberté de mouvement encore en lice, qui offrent aux citoyens de l 'UE la possibilité de vivre et de travailler dans tout le bloc européen, aussi longtemps que les mêmes droits sont accordés aux Britanniques vivant à l'étranger.

La Secrétaire d'Etat à l'Intérieur Amber Rudd a déclaré que le gouvernement "offrirait une sécurité aux citoyens de l'Union européenne, qui sont déjà ici et qui contribuent à l'économie, aussi tôt que nous recevons l'assurance réciproque pour les Britanniques vivant à l'étranger dans la zone UE car nous devons aussi nous soucier d'eux", dans une interview avec la chaîne britannique ITV.

"Il y a seulement une chose que je peux confirmer: nous allons mettre fin à la liberté de mouvement telle que nous la connaissons." 

L'immigration au Royaume-Uni a chuté à son plus bas niveau depuis deux ans à la fin du mois de septembre 2016, selon le dernier bilan de la migration publié par The Office for National Statistics la semaine dernière.

La migration nette au Royaume-Uni était de +237.000, avec une immigration dans le pays estimé à 596.000 personnes, et l'émigration à 323.000.

Les caractéristiques de l'immigration inclues 268.000 citoyens de l'UE, 257.000 non-UE et 71.000 citoyens britanniques.

Depuis le vote sur le Brexit, le nombre net de citoyens du groupe appelé 8 nations EU — Estonie, Lettonie, Lituanie, Pologne, République Tchèque,  Slovaquie, Slovénie, Hongrie — arrivant au Royaume-Uni a chuté. Cependant, le nombre de Roumains et Bulgares a augmenté.

Office for National Statistics

Version originale : Ben Moshinsky / Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Jean-Claude Juncker pense que la Grande-Bretagne a un plan pour diviser l'Europe