Carlos Tavares, président du directoire du groupe PSA Peugeot Citroen, à Paris, le 23 février 2017. REUTERS/Gonzalo Fuentes

Carlos Tavares, président du directoire de PSA, a appelé mardi les Etats européens à s'engager sur le déploiement d'un réseau de recharge suffisant pour accompagner le développement des véhicules électriques.

"Les Etats doivent prendre des engagements minimaux sur la densité du réseau de charge", a-t-il dit aux journées presse du salon de l'auto de Genève, ajoutant qu'il soumettrait dès cette semaine cette proposition au conseil de l'ACEA, l'Association des constructeurs européens d'automobiles.

Carlos Tavares a estimé que le déploiement d'un tel réseau devrait être assorti d'objectifs —définis un ou deux ans en amont — concernant les plafonds d'émissions de CO2 fixés aux constructeurs automobiles.

"Il y a maintenant une responsabilité claire des Etats. Ils ont choisi la technologie électrique qu'ils jugent être la meilleure, donc nous allons tous dans cette direction", a poursuivi le président du directoire de PSA.

"Mais il y a une deuxième responsabilité, il ne suffit pas de choisir la technologie (…) encore faut-il créer les conditions pour que les consommateurs puissent acheter des véhicules électriques en se disant qu'ils vont pouvoir les charger."

PSA estime à un point de charge pour dix voitures électriques en circulation le ratio optimal pour un décollage du marché. Dès le début de son offensive électrique en 2010, Renault avait lui aussi pointé du doigt à l'époque la lenteur du déploiement du réseau public de recharge.

Pour accélérer le mouvement, PSA a signé mardi un partenariat avec Digital Charging Solution (DCS) afin de permettre aux clients de Peugeot et Citroën de se brancher sur le réseau français de stations de recharge électrique de cette filiale de BMW.

L'application ChargeNow permet aujourd'hui d'accéder à 6360 stations de recharge électrique en France — dont 460 à charge rapide. D'ici la fin de l'année, ce réseau devrait monter à 9000 points.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Bruxelles a 7 arguments pour attirer les entreprises de la finance effrayées par le Brexit — les voici

VIDEO: Voici le premier restaurant qui prépare vos plats avec une imprimante 3D