Une publicité Showroomprive. YouTube/Showroomprive

Carrefour a annoncé jeudi un partenariat stratégique avec Showroomprivé qui passera par le rachat d'environ 17% du capital du spécialiste du déstockage en ligne de mode auprès de Conforama, filiale du groupe Steinhoff, pour environ 79 millions d'euros.

Un complément de prix sera versé en cas de lancement par Carrefour d'une offre publique d'achat sur Showroomprivé dans les dix-huit mois suivant la réalisation de l'opération.

C'est une bonne affaire pour Carrefour: Conforama avait acquis cette part pour 157 millions d'euros il y a moins d'un an, en mai 2017.

Le distributeur français a profité des difficultés du propriétaire sud-africain Steinhoff, à la recherche de 200 millions à court terme selon Reuters, pour profiter d'une décote de 50%. L'action du site de vente en ligne Showroom privé a perdu 74% depuis le printemps, rappelle LSA.

Showroomprivé a réalisé en 2016 un volume d’affaires brut TTC de plus de 750 millions d’euros, soit un chiffre d’affaires net de 540 millions d’euros, en croissance de 22% par rapport à l’année précédente. Le groupe emploie près de 1000 personnes.

Ce partenariat s'inscrit "dans la stratégie des deux groupes de développer une offre omnicanale de premier plan, et couvrira notamment des aspects commerciaux, marketing, logistiques et de data", a précisé le numéro deux mondial de la distribution dans un communiqué.

L'opération constitue "un nouvel élément de l'accélération de (la) stratégie digitale" de Carrefour et lui permet "d'entrer sur le marché des ventes privées en ligne et de renforcer son offre", a souligné le PDG du groupe Alexandre Bompard, cité dans le communiqué. Ce dernier doit annoncer le 23 janvier son plan de transformation pour le groupe.

Les fondateurs de Showroomprivé —Thierry Petit et David Dayan — conserveront 27,17% du capital et 40,42% des droits de vote. Carrefour détiendra de son côté 16,86% du capital et 13,67% des droits de vote.

L'opération est subordonnée à l'obtention d'une dérogation de l'Autorité des marchés financiers (AMF) à l'obligation de déposer une offre publique.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Uber avait une stratégie folle pour échapper à la police — elle implique un nouveau logiciel secret de contrôle informatique à distance