La directrice du fonds monétaire international, Christine Lagarde, à Jakarta, en Indonésie, le 27 février 2018. REUTERS/Beawiharta

Le président des Etats-Unis Donald Trump a signé jeudi les déclarations imposant des droits de douane sur les importations américaines d'aluminium et d'acier, de 25% sur l'acier et de 10% sur l'aluminium importés.

Mais Donald Trump a aussi précisé que ces nouveaux droits de douane n'entreraient pas en vigueur avant quinze jours et a souligné que les Etats-Unis restaient ouverts à leur modification ou leur retrait pays par pays, notamment en fonction des relations militaires.

Ce matin, Christine Lagarde, directrice du Fonds monétaire international (FMI), a donc expliqué simplement ce que les investisseurs ont vraiment à craindre de ces nouveaux tarifs douaniers de Trump.

"La confiance est un bien ultra précieux qui prend du temps à être bâtie mais qui peut être détruite très vite. Si les investisseurs à travers le monde voient un futur incertain, parce qu'on ne sait jamais comment ces tarifs douaniers vont évoluer, qui ils vont impacter... alors vous n'investissez pas, vous attendez et cela peut avoir un impact significatif."

Christine Lagarde estime ainsi que "cela laisse envisager une escalade dangereuse qui aura un impact sur toutes ces économies, mais aussi sur la confiance."

Cette semaine, l'ancienne ministre française de l'Economie, avait déjà prévenu qu'aucun pays ne ressortirait gagnant d'une guerre commerciale.

Le Canada comme le Mexique sont les premiers pays exemptés par les nouveaux droits de douane américains pour une période indéfinie, la suite dépendant de l'avenir de l'Accord de libre-échange nord-américain.

Un responsable de la Maison blanche a expliqué que le dispositif prévu pour officialiser ces tarifs de 25% sur l'acier et de 10% sur l'aluminium importé prévoyait des négociations possibles avec les pays tiers afin notamment de les assouplir ("modifier de manière flexible").

Les craintes d'une guerre commerciale déclenchées par le projet de Trump sur les tarifs ont dominé les marchés financiers depuis une semaine, accentuées par la démission mardi de Gary Cohn, principal conseiller économique de Trump qui était considéré comme un rempart contre le protectionnisme du président américain.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Voici les grands perdants de l'annonce de Trump sur une hausse des droits de douane

VIDEO: Voici ce que ça fait de voler à plus de 900 km/h dans un jet de combat avec des pilotes d'élite