La FIFA et l'UEFA protégeraient Lionel Messi et les footballeurs qui tenter d'échapper à l'impôt selon le Parlement européen. REUTERS/Albert Gea

Des députés européens ont accusé deux responsables des deux principaux organes de direction du football — la FIFA et l'UEFA — d’être les "facilitateurs" d’un système corrompu, indique le Parlement européen dans un communiqué.

Interrogés sur un éventuel "système corrompu", Kimberly Morris, chef de Global Transfers & Compliance à la FIFA, et Julien Zylberstein, conseiller juridique à l’UEFA, se sont évertués à ne pas condamner directement les footballeurs qui tentent d'échapper à l'impôt, dont les deux stars Cristiano Ronaldo et Lionel Messi.

Le footballeur argentin Lionel Messi et son père ont été reconnus coupables de fraudes équivalant à 4,1 millions d’euros d’impôts en Espagne et de dissimulation de capitaux dans des sociétés-écrans au Belize et en Uruguay. Le joueur du Real Madrid Cristiano Ronaldo est accusé d’avoir échappé à l’impôt pour un montant s’élevant à 14,7 millions d’euros.

"Vous défendez le fair-play, ne devriez-vous pas défendre également des impôts équitables?", a lancé le Danois Jeppe Kofod, l’un des co-rapporteurs de la commission, qui a ainsi critiqué l’attitude du FC Barcelone et attiré l’attention des deux cadres sur la campagne du club menée sur les réseaux sociaux — avec le hashtag #WeAreAllLeoMessi — après la condamnation du joueur.

"Nous estimons que l’évasion fiscale représente une menace claire aux valeurs sociales du football, au cadre réglementaire et à l’intégrité du jeu au sens large. Ceci étant dit, la responsabilité incombe aux autorités réglementaires. C'est aux responsables fiscaux de renforcer leurs contrôles sur les joueurs, leurs entreprises", a éludé Julien Zylberstein.

Le député européen belge Louis Michel, particulièrement excédé lors de cette audition devant le Parlement européen, a dénoncé "un magnifique exemple de langue de bois":

"Il y a une manière dédaigneuse de vous débiner de votre responsabilité morale."

Le président de la FIFA Gianni Infantino remet la Coupe du monde de football au président russe Vladimir Putin lors du lancement du FIFA World Cup Trophy Tour au stade Luzhniki qui accueillera des matchs du tournoi en juin 2018, à Moscou, le 9 septembre 2017. REUTERS/Maxim Shemetov

Kimberley Morris a soutenu son confrère, déclarant que la question était du "domaine des autorités fiscales".

"Il faut distinguer la FIFA, l'UEFA et la fiscalité des joueurs. Cette question concerne les autorités fiscales locales. En tant qu'organe international, je ne pense pas que la FIFA puisse intervenir. En ce qui concerne le site web dont vous parlez en particulier (la campagne sur les réseaux sociaux du FC Barcelone, ndlr), pour répondre à cette question, je ne suis pas sûr en tant qu'organe directeur mondial, que la FIFA pourrait prendre des mesures à cet égard."

"Pourtant ces gens sont en contradiction totale avec les valeurs que vous devez défendre, les valeurs qui font partie de votre rôle social", a répondu Louis Michel.

Ces déclarations ont été faites dans le cadre d'une audition de la commission d’enquête sur le blanchiment de capitaux, l’évasion fiscale et la fraude fiscale, suite aux révélations de 12 journaux européens sur l'évasion fiscale de grands noms du football mondial, dite "Football Leaks".

Vous pouvez regarder l'audition ici.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Les 13 footballeurs les plus riches de la planète

VIDEO: Voici les villes les plus isolées au monde