Flickr/Moyan Brenn

En 2017, pour être une "smart city" il ne suffit pas juste d'avoir une connexion internet rapide. 

Dans le monde entier, les décideurs réunissent toutes sorte d'informations — sur le traffic, les taux de pollution, et l'utilisation de l'énergie — pour rendre leurs villes plus sûres, saines et efficaces. La définition d'une "smart city" s'est récemment élargie pour inclure un environnement durable, des transports accessibles et fiables, l'accès à l'éducation, et une économie locale avec des activités qui explorent les nouvelles technologies. 

Bien qu'il semble prometteur de rendre nos villes plus intelligentes, certains ethiciens s'inquiètent que plus la technologie progresse, plus il deviendra difficile pour les citoyens de garder leur vie privée.  

En mettant les inquiétudes de côté, EasyPark Group, une startup qui surveille les informations de stationnement en ville, a révélé son classement Smart Cities 2017, qui examine quelles villes sont les mieux préparées à l'avenir. 

"Nous avons découvert qu'une telle ville devrait avant tout être digitalisée — avec la 4G, de nombreux points Wi-Fi et une utilisation importante du smartphone," dit son étude. "Les transports et la mobilité devraient être basés sur la connaissance, avec un stationnement intelligent, des capteurs de trafic et des applis de covoiturage. Une smart city est durable, met l'accent sur l'énergie renouvelable et les prévisions environnementales. De plus, il y a un excellent accès en ligne aux services gouvernementaux et un haut niveau de participation citoyenne."

L'entreprise a analysé 500 villes à travers le monde, et les a classées sur 18 catégories, dont les transports publics, l'énergie renouvelable, le traitement des déchets, l'éducation, l'écosystème de startups tech, le nombre de points Wifi, l'accès à l'administration en ligne, et la protection de l'environnement. L'équipe a aussi demandé à plus de 20.000 journalistes, qui traitent de la technologie et de l'urbanisme, leur opinion sur comment ces villes se classent dans chaque catégories. La première ville française à entrer dans le classement est Paris à la 19ème place. 

Voici le classement des 10 premières smart cities selon EasyPark:

10. Melbourne, en Australie, a reçu un score parfait sur sa connectivité à la 4G.

À l'échelle nationale, l'Australie a une vitesse mobile internet de 47.49 mbps, qui a été calculée sur la base de millions de tests effectués en octobre 2017.

9. Genève, en Suisse, met la priorité sur les infrastructures à faible consommation énergétique dans ses immeubles, et les transports publics. D'ici 2020, la ville a l'intention de réduire ses émissions de dioxyde de carbone de 21% par rapport aux niveaux de 2005. 

Mike Hewitt/Getty

Source: The City of Geneva

8. Amsterdam, aux Pays-Bas, dispose d'une communauté de startups bien établie, avec des programmes d'incubateurs à succès comme StartupDelta et StartupAmsterdam.

Source: The 2016 European Digital City Index

7. San Francisco, en Californie, est le berceau d'un grand nombre de startups.

Source: Angel List

6. A Tokyo, au Japon, le réseau de transport gère plus de 100 lignes de trains et 14 milliards de passagers par an.

Moyan Brenn / Flickr

Source: CNN

5. Boston, aux Etats-Unis, réunit plusieurs universités, dont leMIT et Harvard, en haut du classement des meilleurs universités au monde en 2018.

Un homme marchant à travers Killian Court à MIT à Cambridge. Thomson Reuters

Source: 2018 World University Rankings

4. Zurich, en Suisse, possède un plan urbain qui inclut un grand pourcentage d'espaces verts.  

3. À Stockholm, en Suède, une grande partie des bus et trains en ville fonctionnent en carburants propres. Les sources d'énergie renouvelables comptent pour 52% de la production énergétique suédoise. 

Source: The Swedish Institute et Quartz

2. Singapour présente un des réseaux en transport public les plus rentables au monde, d'après une étude de Siemens en 2014.

Une vue de Singapore. Thomson Reuters

Source: Eco-Business

1. Copenhague, au Danemark possède un écosystème de startup sain, un grand nombre de points Wifi, et une quantité d'embouteillages relativement faible. La ville investit aussi dans les énergies renouvelables, avec l'objectif d'être complètement zéro-carbone d'ici 2025. 

Le port de Copenhague.Leahenv/Pixabay

Source: The Guardian

Version originale: Leanna Garfield/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Voici les 25 villes les plus high-tech au monde