Si les banques se sont adaptées au monde des startups, celui-ci en retour a également inspiré la stratégie et les outils des banques.

Chez Société Générale, par exemple, un réseau spécifique de 150 conseillers dédiés à l'accompagnement des startups a été créé. Ceux-ci ont pour mission d'identifier les demandes spécifiques des startups et de les orienter vers les bons experts de la banque en fonction des besoins ou vers leurs partenaires extérieurs de l'innovation (Bpifrance, fonds d’investissement, etc.).

Une "communauté SG" sur Internet, qui rassemble l'ensemble des conseillers, a même été créée pour essaimer en temps réel les enseignements tirés des expériences terrains. Une bonne pratique mise en place à Montpellier par exemple est ainsi partagée en quelques clics auprès de tous les conseillers de la banque.

D'autres activités, comme la Banque Privée, se sont adaptées pour répondre aux besoins de cette nouvelle clientèle. Dans le monde des startups, la valeur d'une société peut augmenter très rapidement.

"A 35 ans, un startuppeur peut se retrouver à la tête d'un capital important qu'il doit protéger afin de faire face aux aléas de l’existence: cession partielle ou totale du capital, départ d'un associé, ouverture du capital, mariage, divorce, réinvestissement etc.", analyse Frédéric Poilpré, Directeur de l'Ingénierie Patrimoniale et Financière de Société Générale Private Banking. "Nous sommes en face d'un profil et d"une typologie de conseil à adapter par rapport au chef d’entreprise traditionnel".

Il est essentiel d'anticiper la réflexion patrimoniale et de changer la façon de travailler prévalant avec la clientèle usuelle de la banque privée.

Ceci implique en particulier la nécessité d'aller au-devant de cette nouvelle clientèle, d'organiser des rencontres et des réunions dans les lieux d'hébergement même des start-ups (accélérateurs, incubateurs, etc.). Il faut faire prendre conscience.

"Nous menons des actions de sensibilisation: notre démarche est proactive", souligne Sophie Nouy, Directeur Associé au sein de l’équipe de l'Ingénierie Patrimoniale et Financière de Société Générale Private Banking.

Cette (r)évolution a aussi été prise en compte par l'entité publique chargée de financer l'innovation qu’est Bpifrance:

"Dès début 2015, nous avons changé notre focale sur l'innovation, antérieurement très technologique, pour l'élargir à de nouvelles typologies d'innovation: innovation marketing, innovation de modèle, innovation de services, innovation d’organisation... En quelques années, nous avons vu apparaître de très beaux modèles économiques basés sur ces innovations portées par des startups, à l'instar de BlaBlaCar,... Une dynamique exceptionnelle s'est mise en place: de 1500 startups financées en 2013, nous sommes passés à plus de 3700 en 2017", indique Evelyne Scuto-Gaillard, Directrice du Développement et Support Innovation chez Bpifrance.

Et d’ajouter: "aujourd’hui nous réfléchissons à mieux accompagner les entreprises de la deeptech, qui proposent des produits ou services sur la base d’innovations de rupture." 

L'impact est tel que Société Générale et Bpifrance ont signé un accord de partenariat comportant notamment une meilleure articulation de la  gamme de financement et d’accompagnement de chacune des deux banques; la mise en place d’actions communes visant à rapprocher start-ups et entreprises de taille intermédiaire (ETI)/Grands groupes; et des rencontres ainsi qu’un partage régulier d’informations au niveau national et régional en matière de financement et d’accompagnement de l’innovation pour développer les synergies. 

Société Générale a franchi une étape supplémentaire avec l’ouverture, en 2016, de la technopole des Dunes (126.000 m2, 5000 collaborateurs) à Fontenay-sous-Bois, où sont hébergés la direction de l’innovation, la majeure partie des services IT et le "Plateau". Cette structure accueille gracieusement des startups externes ou internes dans le cadre du programme Start-up Call, permettant à des collaborateurs de la banque de lancer leur propre entreprise.

"Le projet des Dunes incarne une volonté de percolation : nous souhaitons que deux mondes, celui de la banque et celui des start-ups, puissent se parler et échanger au maximum", souligne Anne-Claire Paille, Responsable Marché Entreprises de Société Générale.

Cet article est sponsorisé par Société Générale et  a été réalisé par BI Studios. 

Lire aussi : Innovation: 4 secteurs qui vont exploser d'ici 10 ans

VIDEO: Voici ce que ça fait de voler à plus de 900 km/h dans un jet de combat avec des pilotes d'élite