Des étudiants manifestent à Paris le 19 avril April 2018. REUTERS/Benoit Tessier

  • Plus d'une centaine de manifestations étaient organisées en France ce jeudi 19 avril 2018 contre les réformes Macron. 
  • La CGT, qui voulait réunir les combats des cheminots, étudiants et retraités pour faire reculer le gouvernement, était pratiquement seule à manifester, selon Reuters.
  • Les syndicats qui refusent la convergence des luttes estiment que leur stratégie du cas-par-cas sera davantage susceptible de l'emporter.

Les militants de la CGT se sont retrouvés pratiquement seuls à manifester dans les rues de France jeudi, observe Reuters en fin de journée, après l'appel du syndicat à une journée de "convergence des luttes" pour inscrire dans la durée la contestation des réformes d'Emmanuel Macron.

L'idée de cette "convergence" est de faire front commun entre étudiants, retraités, fonctionnaires et salariés, alors que le climat social semble se dégrader sur plusieurs fronts. Des universités sont bloquées depuis des semaines, l'évacuation de la zone à défendre de Notre-Dame-des-Landes est contestée, les fonctionnaires appellent à manifester le 22 mai et le trafic de la SNCF est perturbé par une grève perlée.

Mais, le projet suscite peu d'adhésion dans le milieu syndical, notamment du côté de la CFDT et de FO. Sur le plan confédéral, seuls Solidaires et l'Unef avaient appelé à rejoindre le mouvement.

Manifestants CGT à Marseille le 19 avril 2018. REUTERS/Jean-Paul Pelissier

A Marseille, le cortège — fort de 65.000 personnes selon la CGT et 5000 selon la police — a été rejoint par le patron de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon.

A Paris, le chef du Parti communiste Pierre Laurent a également répondu à l'appel de la CGT. 

Cependant, les autres syndicats ont une bonne raison de rejeter cette convergence des luttes proposée par la CGT. Interrogé par Public Sénat, le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, a expliqué:

"Aujourd'hui, il y beaucoup de mécontentements. Si on veut aboutir, il faut agir secteur par secteur et ne pas faire la convergence des luttes qui, en termes de revendication concrète pour les travailleurs, ne fonctionne pas. C'est plus une démarche politique qui n'est pas la nôtre."

La CFDT renonce ainsi aussi à participer à la mobilisation unitaire souhaitée par la CGT le 1er mai, mais tiendra un rassemblement avec d'autres syndicats dits réformistes, la CFTC et l'UNSA.

Voici à quoi ressemblait 'la convergence des luttes' ce 19 avril 2018:

  • Plus de 130 manifestations organisées par la CGT dans toute la France: entre 5000 (police) et 65.000 (organisateurs) participants à Marseille; entre 4400 et 8000 personnes à Lyon, selon Reuters.
  • A Bordeaux, les cortèges de cheminots en grève et d'étudiants qui occupent depuis plus d'un mois la faculté de sociologie ont rejoint celui des postiers de Gironde en grève depuis trois semaines et les salariés de Ford Blanquefort, où 900 emplois sont menacés, des personnels d'Air France, des électriciens, des personnels hospitaliers, des retraités, des lycéens, ainsi que des salariés de Dassault.
  • A Paris, le défilé a réuni 15.300 personnes, selon un comptage réalisé pour plusieurs médias.
  • A Rennes, des postiers et des soutiens de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes ont rejoint la manifestation. 
  • Un préavis de grève à la RATP avait été déposé par les syndicats CGT, FO, SUD RATP et UNSA pour jeudi et vendredi. 
  • Huitième journée de grève à la SNCF — à la mi-journée, la SNCF a annoncé un taux de grévistes de 22,73%.
  • Annonce par les syndicats de la SNCF de la suspension des concertations avec la ministre des Transports.
  • Retards et annulations "de dernière minute ne sont pas à exclure" possibles chez Air France, annonce la compagnie aérienne, après deux jours de grève les 17 et 18 avril.
  • Débrayages dans l'audiovisuel public.
  • Des coupures de courant dans les entreprises qui licencient à l'appel de la CGT-Mines énergie, rapporte France Bleu.
  • Des cantines et des crèches fermées en raison de la mobilisation des agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles. 
  • Participation libre des syndicats de fonctionnaires, de retraités et du personnel des Ehpad, leurs intersyndicales respectives n'ayant pas appelé à rejoindre le mouvement et laissant chaque syndicat choisir d'y aller ou pas.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Les premiers examens ont été bloqués par la mobilisation des étudiants — voici ce qui va se passer maintenant

VIDEO: Voici un conseil à suivre si vous pensez ne pas être fait pour quelque chose