Apolline Aigueperse, head of cyber de Cybel Angel. Cybel Angel

Il y aurait déjà plus de 8 milliards d'objets connectés à internet dans le monde selon l'institut d'études Gartner. En 2020 — dans deux ans — ils seront 50 milliards selon Cisco.

"Soit 50 milliards de vulnérabilités potentielles", explique Apolline Aigueperse, head of cyber au sein de Cybel Angel.

La startup française scanne internet, le dark web et les objets connectés à la recherche des documents piratés de leurs clients afin de leur ramener sains et saufs. Elle travaille avec la moitié des entreprises du CAC 40.

Interrogée par Business Insider France, Apolline Aigueperse confie qu'elle "ramasse plus d'un milliard de documents non protégés quotidiennement".

C'est le revers de la médaille de l'adoption du cloud et des objets connectés. Constamment reliés à Internet, ces objets offrent aussi de réelles opportunités de piratage et d'espionnage.

La semaine dernière, la Cnil, le gendarme française de la vie privée, a mis en demeure un fabricant hongkongais de jouets connectés pour atteinte à la vie privée à cause d'un défaut de sécurité. Sa poupée Mon amie Cayla et le robot I-Que permettent d'espionner les enfants via le Bluetooth.

Pour Apolline Aigueperse, il faut s'attendre à une multiplication des cas car la protection de la vie privée est souvent délaissée au profit d'un raisonnement économique.

"Les objets connectés sont des portes ouvertes sur leurs bases de données. Or, il faudrait à chaque fois un expert en sécurité des données, qui mette en place un système de chiffrement des données, même rien qu'un mot de passe. C'est un investissement. Un fabricant fait souvent un calcul rationnel: il faut produire vite à moindre coût et il néglige donc la sécurité. Même dans les grandes entreprises, le comité exécutif assimile souvent la sécurité à un coût. C'est une erreur car les conséquences peuvent être bien plus coûteuses."

On l'a vu lors des cas de Yahoo, Uber ou Ashley Madison, les préjudices financiers et de réputation peuvent être terribles. Dernièrement, à la suite du piratage du fournisseur de données financières Equifax, qui a entrainé l'accès aux informations personnelles de plus de 140 millions d'Américains, son PDG a dû démissionner.

Fondée par Ewan Keraudy, son frère Stevan et Matthieu Finiasz, Cybel Angel a levé 3 millions d'euros au premier semestre. La startup va bientôt s'attaquer au marché américain.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : La startup qui paie des gens pour pirater légalement Uber, Nintendo et Starbucks vient de lever 40M$