Dan Widmaier, fondateur de l'entreprise Bolt Threads qui travaille avec la créatrice Stella McCartney. Chisato Goya/Business Insider France

Entre 8 et 12 millions de tonnes de plastique atterrissent dans les océans, selon l'association Greenpeace. 

Près de 90% des oiseaux marins en ont déjà avalé et d'ici 2050, ce pourcentage va frôler les 100%

Mais les animaux ne sont pas les seuls à manger du plastique sans le vouloir: nous aussi, a affirmé Dan Widmaier, fondateur de la biotech américaine Bolt Threads, qui fabrique notamment de la soie d'araignée artificielle.

Lors de son intervention à la conférence "Hello Tomorrow" qui a eu lieu les 26 et 27 octobre 2017, Dan Widmaier a expliqué comment il nous arrive d'ingérer du plastique sans même s'en apercevoir: 

"En mettant cette veste en polyester dans la machine à laver, des microfibres de polyester restent dans l'eau, qui est évacuée dans les océans. Ils sont ingérés pas les poissons que nous consommons. Ainsi, les humains mangent des quantités de plastique à cause de ça."

Tout cela en raison "d'un vêtement que vous allez porter pendant un ou deux ans", a-t-il ajouté. 

Fondée en 2009, l'entreprise Bolt Threads basée à San Francisco développe des fibres en partant de protéines trouvées dans la nature et met au point des processus de fabrication propres à circuit fermé. Selon Crunchbase, elle a levé 50 millions de dollars.

Elle a récemment noué un partenariat avec la créatrice Stella McCartney, connue dans le milieu de la mode pour ne pas utiliser de cuir dans ses collections par conviction écologiste.

Deux pièces en soie d'araignée artificielle conçue par Bolt Threads ont été présentées lors de la Fashion Week de New York et celle de Paris ce mois-ci. 

Le marché du textile mondial est estimé à 3700 milliards de dollars. 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : VIDEO: Voici le projet à 30M$ de cet Américain de 22 ans pour nettoyer les océans

VIDEO: C'est une bonne chose si votre peau pèle après avoir attrapé un coup de soleil — voici pourquoi