Casper Klynge, le premier ambassadeur danois de la tech au monde, au Danemark, le 15 juin 2017. REUTERS/Stine Jacobsen

Le 1er septembre, le Danemark aura son premier ambassadeur de la tech sur la côte ouest des États-Unis. 

Choisi par le ministère des Affaires étrangères pour occuper le premier poste de "techplomacy" du pays, le Danois Casper Klynge sera chargé d'établir des liens directs entre son pays et Facebook, Apple et Google. 

Les entreprises phares de la Silicon Valley ont plus de poids sur la scène internationale que de nombreux pays, ce qui rend de plus en plus important le renforcement des relations diplomatiques avec elles, a expliqué Casper Klynge, premier ambassadeur national de la tech au monde, à Reuters.

"Nous continuerons d'entretenir des relations diplomatiques traditionnelles avec les pays et les organisations, mais nous devons aussi commencer à étudier les relations que nous pouvons avoir les géants de la tech", a-t-il déclaré.

L'objectif de la démarche est d'aider le Danemark à comprendre les conséquences des rapides changements qui interviennent dans le numérique tout en favorisant les intérêts et les valeurs du pays en établissant un canal de communication qui pourrait profiter aux entreprises.

"Si vous regardez l'implication et l'importance de ces entreprises pour vous et moi, beaucoup d'entre elles ont une influence beaucoup plus grande que la plupart des nations", observe-t-il.

Le produit national brut du Danemark s'élève ainsi à 310 milliards de dollars environ quand la valorisation  de Facebook approche de 437 milliards de dollars et celle d'Oracle de 185 milliards de dollars.

La diplomatie dite technologique est l'une des cinq priorités de la politique étrangère du Danemark avec la sécurité nationale, le Brexit, la région de l'Arctique, et la migration, l'instabilité et le terrorisme.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Renault, Peugeot et Valeo s'associent à une entreprise israélienne pour protéger les véhicules autonomes de cyberattaques