Devialet veut révolutionner le son en prouvant dans le haut de gamme la qualité de sa technologie. Facebook/Devialet

La startup française Devialet est la créatrice de l'enceinte connectée Phantom — autoproclamé "meilleur son au monde". Ce produit est pour l'instant l'affaire de privilégiés: le premier prix de l'enceinte s'élève à 1650 euros, selon le site officiel.

Mais ça pourrait bientôt changer. L'entreprise adopte la même stratégie que le constructeur automobile électrique Tesla qui vient se lancer dans le marché de grande consommation avec son Model 3.

Le prix de départ de la berline — 35.000 dollars (environ 29.900 euros) — est ainsi inférieur de moitié à celui de la Model S.

"Leur stratégie est comparable à celle de Tesla: prouver le succès de leur concept par le très haut de gamme et progressivement arriver dans des gammes plus accessibles et plus grand public", confirme Fleur Pellerin, membre du conseil d'administration de Devialet, au cours d'un entretien exlusif accordé à Business Insider France.

L'ancienne ministre de la Culture a participé l'an dernier avec sa société de conseil en investissement Korelya au tour de table de 100 millions d'euros de la startup.

Si cette prophétie se réalise, vous pourrez alors profiter de la technologie audio unique pour écouter vos morceaux préférés, et pas seulement ceux de Beyoncé ou Jay Z qui est l'un des actionnaires de l'entreprise avec Roc Nation, sa société de production.

Devialet ne compte pas uniquement sur ce produit grand public pour se développer. La startup mise aussi — voire davantage — sur l'installation de sa technologie audio unique chez d'autres industriels, comme dans la télévision ou l'automobile.

Vous pouvez retrouver l'intégralité de l'entretien avec Fleur Pellerin ici dans lequel elle évoque les défis posés par les géants du Net en Europe, son nouveau métier de VC et pourquoi ses investisseurs coréens s'intéressent à la France.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Le président de la faculté d'informatique d'Oxford pense que Paris ou Berlin seraient ravis d'accueillir Google DeepMind après le Brexit