Une personne déguisée en ours polaire manifeste en portant un panneau "le changement climatique est réel, le charbon propre ne l'est pas, M. Trump", le 4 novembre à Bonn (Allemagne). REUTERS/Wolfgang Rattay

Alors que la COP 23 a démarré il y a une semaine pour mettre en oeuvre l'Accord de Paris sur le climat, une étude a annoncé ce lundi 13 novembre 2017 que les émissions de CO2 liées à l'industrie et à la combustion des énergies fossiles ont augmenté en 2017 pour la première fois depuis trois ans, rapportent les agences Reuters et AFP

Selon l'étude publiée entre autres dans la revue scientifique Environmental Research Letters, les émissions de gaz à effet de serre devraient repartir à la hausse d'environ 2% cette année par rapport à 2016 et ainsi atteindre un record de 36,8 milliards de tonnes, sans compter les émissions liées à la déforestation. 

Ce bilan annuel réalisé par des scientifiques du monde entier n'est pas une bonne nouvelle pour l'Accord de Paris sur le climat, ratifié en décembre 2015 et entré en vigueur l'an dernier, dont les Etats-Unis ont annoncé vouloir se retirer. 

Corinne Le Quéré, l'une des auteures de l'étude, a déclaré: 

"Avec 41 millards de tonnes de CO2 émis estimés pour 2017 (ndlr: si l'on ajoute la déforestation), on risque de manquer de temps pour garder la température sous 2°C, et a fortiori 1,5°C", l'objectif fixé par l'accord de Paris.

Pour pouvoir rester dans les cordes de l'accord international sur le climat, "il faudrait que les émissions atteignent leur pic ces prochaines années et diminuent ensuite rapidement", estime ainsi la chercheuse de l'université d'East Anglia au Royaume-Uni. 

Le principal pays responsable de ce bilan peu réjouissant est la Chine dont les émissions de CO2 devraient progresser de 3,5% à la fin de l'année. Une augmentation de la consommation de charbon et d'une croissance économique plus robuste dans le pays asiatique expliquent cette courbe montante, a précisé Glen Peters, l'un des auteurs de l'étude.

L'Empire du Milieu est aussi le plus gros pollueur avec 28% des émissions de gaz à effet de serre mondiales, devant les Etats-Unis (15%), rappelle WeDemain.

Les émissions de CO2 du pays dirigé par Donald Trump devraient d'ailleurs diminuer de 0,4% en 2017, un recul plus faible que les années précédentes, conséquence d'un plus grand usage du charbon.

L'Union européenne quant à elle — troisième plus gros pollueur du monde — a vu ses émissions diminuer de seulement 0,2% cette année.

Cette COP 23 est une étape primordiale dans la lutte contre le réchauffement climatique, car elle a pour but d'élaborer un cahier des charges précis pour concrétiser les mesures prises par les 200 pays signataires de l'Accord de Paris.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : La NES Mini est un succès phénoménal — Nintendo a compris qu'il pouvait profiter de votre nostalgie