Emmanuel Macron pendant ses voeux à la presse. REUTERS/Ludovic Marin/Pool

Emmanuel Macron a annoncé mercredi 3 janvier 2018 un futur projet de loi visant à endiguer la propagation de fausses informations sur internet, en particulier en période électorale.

Le chef de l'Etat a fait cette annonce lors de ses voeux à la presse, à l'Elysée.

"Si nous voulons protéger les démocraties libérales, nous devons savoir être forts et avoir des règles claires", a-t-il déclaré pour justifier sa volonté de lutter contre les "fake news", surtout pendant les campagnes électorales.

"Les plates-formes se verront ainsi imposer des obligations de transparence accrue sur tous les contenus sponsorisés, afin de rendre publique l'identité des annonceurs et de ceux qui les contrôlent, mais aussi de limiter les montants consacrés à ces contenus", a-t-il précisé.

Le président a décrit quatre sanctions possibles en cas de propagation d'une information mensongère en saisissant le juge "à travers une nouvelle action en référé".

Voici ces quatre sanctions envisagées:

  • "Supprimer le contenu mis en cause,
  • déréférencer le site,
  • fermer le compte utilisateur concerné
  • bloquer l'accès au site internet."

Ces mesures seront contenues dans un projet de loi à venir "prochainement".

En février 2017, Google a lancé une initiative baptisée "CrossCheck", en partenariat avec des médias français qui permettait à des internautes de faire vérifier la véracité de certaines informations. Facebook a testé une "alliance" similaire avec des médias partenaires tels que les Décodeurs du Monde.fr. 

Le chef de l'Etat n'a donné aucun exemple mais, en mai dernier, il avait pris pour cible Russia Today et Sputnik, deux médias financés par le pouvoir russe, qu'il avait alors accusés d'agir en "organes d'influence" répandant des "contre-vérités infamantes".

Ces deux médias, qui possèdent chacun une version française, avaient auparavant été écartés de la campagne présidentielle d'Emmanuel Macron.

Durant ses voeux à la presse, le président a également confirmé son intention de réformer le service public de l'audiovisuel et, plus généralement, théorisé ses relations avec les journalistes.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Google lance une nouvelle fonctionnalité sur son moteur de recherche qui vous indiquera si les informations trouvées sont mensongères