Le président américain Donald Trump avec les élus républicains après le vote de sa réforme fiscale. à Washington, 20 décembre 2017. REUTERS/Carlos Barria

C'est le premier grand succès législatif majeur de Donald Trump depuis son arrivée à la Maison blanche.

La réforme de la fiscalité voulue par le président américain a été définitivement adoptée mercredi 20 décembre, après un dernier vote de la majorité républicaine à la Chambre des représentants. 

Cette réforme — la plus importante votée aux Etats-Unis depuis la refonte du code des impôts sous la présidence de Ronald Reagan en 1986 — prévoit 1500 milliards de dollars (1.300 milliards d'euros) d'allégements fiscaux pour les particuliers et les entreprises.

Donald Trump pourrait signer la loi en vue de sa promulgation dès vendredi.

"Nous rendons sa grandeur à l'Amérique", a déclaré Donald Trump, lors d'une réception avec les parlementaires républicains à la Maison blanche. 

"Au fond, qu'est-ce que cela signifie ? Cela signifie des emplois, des emplois et des emplois", a-t-il assuré.

Pour les entreprises

Bien qu'ayant mis l'accent lors de la campagne électorale sur une baisse des impôts pour les classes moyennes, Donald Trump a expliqué avant le vote à la Chambre que la mesure essentielle de son plan était la réduction de l'impôt sur les bénéfices des sociétés qui est ramené de 35% à 21%.

Suite à ce vote,l'opérateur télécom américain AT&T a annoncé reverser 200 millions de dollars de bonus. Ses 200.000 employés américains toucheront un bonus de 1000 dollars.

Pour les particuliers

Pour les particuliers, la réforme fiscale conserve le nombre de tranches d'imposition sur le revenu mais ajuste les taux de plusieurs d'entre elles, notamment celui de la tranche la plus élevée. Il est ramené à 37% pour les revenus d'un couple marié supérieurs à 600.000 dollars (500.000 euros), alors qu'il était de 39,6% auparavant pour les revenus au-dessus de 470.000 dollars par an.

La fiscalité des successions et des donations est allégée. Les successions et dons supérieurs à 10 millions de dollars seront taxés contre un seuil de cinq millions actuellement.

Selon les calculs du Tax Policy Center, un organisme non partisan, les ménages de la classe moyenne devraient voir leurs impôts baisser de 900 dollars (760 euros) en moyenne l'an prochain, tandis que les 1% les plus riches bénéficieront d'un allègement moyen de 51.000 dollars.

Pour la dette

Les démocrates, qui ont voté contre la réforme fiscale, estiment qu'elle constitue un cadeau fait aux riches et qu'elle alourdira de 1500 milliards de dollars sur les dix prochaines années la dette des Etats-Unis qui atteint déjà 20.000 milliards de dollars.

"Aujourd'hui les républicains paradent car ils ont réussi à piller la classe moyenne américaine au profit des puissants et des favorisés", a commenté Nancy Pelosi, chef de file des démocrates à la Chambre des représentants.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Les discours de Trump déconcertent les traducteurs et linguistes — un programme d'IA pourrait expliquer pourquoi