Quand la France affiche sa fermeté face aux Etats-Unis: Donald Truump et Emmanuel Macron au sommet de l'OTAN à Bruxelles, le 25 mai 2017. REUTERS/Peter Dejong

C'est le dernier rebondissement d'une bataille rangée qui dure depuis 13 ans. 

La France a exigé mardi le retrait de subventions américaines accordées à Boeing. Dans un communiqué, le ministère des Affaires Etrangères affirme:

"Ces subventions accordées à Boeing constituent une entrave avérée aux règles de concurrence équitable. Elles ont fortement affecté le marché mondial des avions commerciaux et porté gravement préjudice à Airbus. Leur retrait est donc nécessaire."

La France réagit aux conclusions d'une enquête publiée vendredi 9 juin par l'Organisation mondiale du commerce. Selon l'OMC, les Etats-Unis ont maintenu des subventions illégales à Boeing, mais peu d'entre elles ont nui aux intérêts commerciaux de l'Union européenne, dont Airbus.

L'impact négatif sur les intérêts européens porterait seulement sur trois ventes à des clients des Emirats arabes unis, du Canada et d'Islande, estime l'OMC.

Le constructeur aéronautique français Airbus a fait le calcul et assure

"Les subventions reçues par Boeing représentent pour Airbus la perte de ventes de plusieurs centaines d’avions, soit un préjudice estimé à 15-20 milliards dollars."

L'Union européenne défendait les intérêts d'Airbus devant l'OMC et affirmait que Boeing ne respectait pas une décision de 2012 lui reprochant de bénéficier de milliards de dollars de subventions diverses. L'OMC a estimé que le groupe américain ne respectait pas une partie de ce jugement.

Depuis le début du litige, il y a 13 ans, les subventions accordées à Boeing ont "entraîné pour Airbus un préjudice total, en termes de ventes perdues, supérieur à 100 milliards de dollars", calcule Airbus.

Inacceptable pour la France, qui affirme que "la défense des intérêts industriels et commerciaux de nos entreprises constitue une priorité de l'action diplomatique".

Les services du représentant américain au Commerce, eux, ont déclaré que les Etats-Unis contestaient verser des subventions illégales à Boeing et prévoyaient de faire appel.

Airbus a pour sa part exprimé le souhait d'en finir rapidement avec "cette querelle ridicule".

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Les 17 compagnies aériennes les plus ponctuelles et qui offrent les meilleurs services dans le monde

VIDEO: On a testé le sommeil polyphasique — il modifie considérablement le mode de vie