Session de travail entre les ministres de l'Intérieur des pays du G7 et les représentants de Facebook, Twitter, Google et Microsoft, à Ischia en Italie. REUTERS/Ciro De Luca

Les ministres de l'Intérieur des pays du G7 et des représentants de Facebook, Twitter, Google et Microsoft ont décidé ce vendredi 20 octobre 2017 de "mettre en œuvre ensemble" un plan d'action pour bloquer les contenus à caractère terroriste sur le web, rapporte l'AFP repris par Challenges.

C'est la première fois que les pays du G7 et des représentants de géants du web — régulièrement mis sous pression par les gouvernements pour lutter contre ce type de contenus — se sont retrouvés pour discuter ensemble de ce problème.

Lors d'un point presse, Marco Minniti, ministre italien de l'Intérieur, s'en est félicité et a rappelé qu'Internet "a été un moyen de recrutement, entraînement et radicalisation important des combattants étrangers" de l'organisation terroriste Etat islamique.

Le groupe terroriste et ses contenus circulent sur le web "comme un poisson dans l'eau", a déploré Marco Minniti, dont le pays préside le G7. 

Le ministre français de l'Intérieur Gérard Collomb a quant à lui rappelé que "c'est à la charge des auteurs de contenus, des gouvernements et aussi de la société civile de faire en sorte qu'Internet soit à nouveau un vecteur de paix".

Il y a quelques mois, Facebook avait annoncé qu'il allait recourir de plus en plus à l'intelligence artificielle (IA) pour lutter contre la propagande terroriste sur sa plateforme. Cela peut s'agir par exemple de mieux repérer les images et les vidéos à caractère terroriste et de bloquer leur téléchargement, avait indiqué le géant de la tech.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Il y a un avantage à ne pas être médecin lorsqu’on développe sa startup dans la MedTech, explique la PDG qui vient de remporter le prix StartHer