Patrice Caine, PDG de Thales, et Philippe Vallée, PDG de Gemalto, à Paris, le 18 décembre 2017. REUTERS/Philippe Wojazer

Le groupe français Gemalto — bientôt racheté par Thales — a annoncé ce jeudi 4 janvier avoir été sélectionné par Bank of Cyprus afin de proposer la première carte de paiement EMV biométrique à double interface pour les paiements avec et sans contact.

EMV est la norme internationale pour les cartes de débit ou de crédit à puce initiée en 1995 par le consortium EMV.

La technologie de Gemalto utilise la reconnaissance d'empreintes digitales au lieu d'un code PIN pour authentifier le ou la titulaire de la carte, qui est compatible avec les terminaux de paiement existants déjà installés à Chypre, indique Gemalto dans un communiqué.

Lorsque les clients placent leur empreinte digitale sur le capteur, une comparaison est effectuée entre l'empreinte digitale scannée et les données biométriques de référence stockées de manière sécurisée dans la carte.

"Les clients de Bank of Cyprus seront les premiers au monde à profiter de la commodité biométrique sur une carte de paiement sans contact. La carte de paiement à capteur biométrique de Gemalto est conçue pour assurer une sécurité maximale et la confidentialité des données", commente Bertrand Knopf, Vice-président exécutif, Services bancaires et paiement de Gemalto, cité dans un communiqué.

Le groupe ajoute que le capteur biométrique de la carte est alimenté par le terminal de paiement et ne nécessite pas de batterie intégrée, ce qui signifie qu'il n'y a pas de limite à la durée de vie de la batterie ni au nombre de transactions. Les clients de Bank of Cyprus finaliseront le rapide processus d'enregistrement au sein de l'agence bancaire en utilisant la tablette de Gemalto conçue pour cette solution.

Idemia et Gemalto sont deux des plucs grands fabricants de carte de paiement. Ici, la carte de paiement biométriquet F-Code d'Idemia sera lancée au Japon. YouTube/Idemia

Revendiquant une première mondiale, Gemalto lance les hostilités dans la bataille sur le futur du paiement qu'il livre face à son principal rival, également français, Idemia.

Née de la fusion de Morpho, filiale de Safran, avec Oberthur Technologies, Idemia officie également sur les marchés de l'identification, de l'authentification et de la sécurité des données. Ces deux entreprises françaises de taille similaire — 3 milliards d'euros de chiffres d'affaires — se partagent la grande majorité du marché mondial des encarteurs.

L'annonce de Gemalto n'est pas une première technologique. Idemia travaille également sur la biométrie. En 2017, l'entreprise a ainsi dévoilé deux projets concernant le paiement sans contact et sans code PIN, à travers sa participation à la fabrication de la nouvelle carte biométrique de Mastercard et le lancement à l'automne dernier au Japon de sa propre carte biométrique, F-Code.

Mais à la différence de Gemalto, les deux projets sont en phase de tests et pas encore complètement disponibles.

Selon nos informations, s'agissant du Japon, des cartes F-Code ont été remises au réseau de paiement JCB pour une expérimentation auprès des clients de banques au cours du premier trimestre 2018. Concernant la France,  des expérimentations auront lieu dans le courant de l'année 2018, a indiqué Didier Lamouche, PDG d'Idemia, sur France Info.

8 Français sur 10 considèrent la biométrie comme un moyen sûr d'authentification

Le paiement biométrique comporte plusieurs avantages selon les fabricants:

  • il limite les fraudes, puisque la carte est lié par empreinte à son propriétaire authentifié à chaque paiement. En 2016, le montant des fraudes concernant des cartes bancaires émises en France — paiements transfrontaliers compris — a atteint les 523 millions d'euros, quasi-stable selon l'observatoire de la sécurité des moyens de paiements de la Banque de France,
  • il lève la limite actuelle — 30 euros en France — du montant des transaction sans contact,
  • il offre un confort d'utilisation en n'ayant plus de code PIN à mémoriser,
  • il permet d'accélérer et de faciliter les paiements par carte bancaire.

Reconnaissance digitale ou de l'iris de l'oeil, 79% des consommateurs français considèrent que "les solutions biométriques offrent un moyen sûr d'authentification", selon la dernière enquête annuelle Digital Payments Study de Visa, repérée par La Tribune.

Selon le Groupement des Cartes bancaires, il y a plus de 66 millions de cartes CB en circulation en France.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Thales offre à Gemalto l'avance dans l'intelligence artificielle dont il a besoin

VIDEO: Voici ce qu'il arrive à votre corps si vous arrêtez de manger