REUTERS/Francois Lenoir

REUTERS/Francois Lenoir

Goldman Sachs s'attend à ce que le Royaume-Uni perde ses droits rattachés au passeport financier après le Brexit. 

La banque d'investissement en a fait part dans sa dernière note envoyée à ses clients lundi 19 décembre 2016: "A terme, nous nous attendons à ce que les négociations aboutissent à un accord commercial de libre échange entre l'Union européenne et le Royaume-Uni qui s'applique aux biens, mais pas aux services, et une perte des droits rattachés au passeport financier au Royaume-Uni". 

Si le Royaume-Uni perdait son passeport financier européen, toute l'industrie des services financiers serait bouleversée. En effet, le passeport européen permet à une société de gestion, ayant obtenu un agrément par l’autorité de son pays d’origine, d‘exercer ses activités dans toute l’Union européenne. Les entreprises sont soumises à la régulation d'un seul pays et pas à celles de tous les pays dans lesquelles elles opèrent.

JP Morgan et UBS ont toutes les deux publiquement averti qu'elles devront transférer des emplois ailleurs en Europe si le Royaume-Uni perdait le passeport financier. De même, Goldman Sachs serait en train de préparer le transfert de 2.000 emplois sur le continent si ces droits étaient perdus. 

5.500 entreprises avec un chiffre d'affaires cumulé de 9 milliards de livres (soit 10,7 milliards d'euros) dépendent du passeport financier au Royaume-Uni, selon l'Autorité de bonne conduite financière (FCA). Cependant, un rapport de la Chambre des Lords concernant le potentiel impact du Brexit sur les services financiers publié la semaine dernière a signalé que le fait que les services financiers soient interconnectés au Royaume-Uni signifiait que beaucoup d'entreprises dépendaient des droits du passeport financier européen sans même le savoir. 

Le président de HSBC Douglas Flint a déclaré à la commission: "Tout le monde est affecté par les droits liés au passeport financier à un degrés plus ou moins important." Une étude estime que 13.500 entreprises au Royaume-Uni dépendent de ces droits. 

Le Royaume-Uni pourrait perdre ce passeport financier dans la mesure où le gouvernement a pour priorité de contrôler l'immigration dans le cadre des négociations concernant le Brexit. Or, des représentants européens ont dit à plusieurs reprises que le Royaume-Uni ne pouvait avoir accès au marché unique qu'à condition de respecter les "quatre libertés" de l'Union européenne — la libre circulation des capitaux, des biens, des services et des personnes dans les 27 pays de l'Union. 

Version originale: Oscar Williams-Grut/Business Insider UK

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : L'Europe va facturer 50 à 60 Mds € au Royaume-Uni dès que le processus du Brexit sera lancé