Goldman Sachs, Lloyd Blankfein

Lloyd Blankfein, PDG de Goldman Sachs. John Moore/Getty Images

L'année 2016 touche bientôt à sa fin et c'est donc la période où sortent tous les classements. 

Et, oui, les banques de Wall Street se soucient beaucoup de leur place par rapport à celle de leurs concurrents. Elles mettent en avant le classement de chacune de leur activité en haut de résultats. Leur note apparaît également sur nombre de leurs présentations commerciales. 

En fusions-acquisitions (M&A), il y a clairement un vainqueur. Et de loin. Goldman Sachs devance largement ses concurrents et devrait finir l'année 2016 en tête des classements des tailles d'opérations et des honoraires. Aussi bien au niveau mondial, qu'aux Etats-Unis, en Europe et en Asie-Pacifique (hors Japon), selon Dealogic. 

Au 16 décembre, le montant total des opérations de fusion-acquisitions au niveau mondial s'élevait à 3690 milliards de dollars. C'est un recul par rapport à 2015, où il y avait eu pour 4660 milliards de dollars d'opérations, mais cela reste une des années les plus dynamiques à date. Goldman Sachs a conseillé des opérations représentant 919,7 milliards de dollars, soit 25% de part de marché, d'après Dealogic.

Ce résultat est d'autant plus remarquable que Goldman Sachs est passé à côté des deux plus grosses opérations de l'année: le rachat de Time Warner par AT&T pour 108 milliards de dollars, et celui de Monsanto par Bayer pour 66,3 milliards de dollars. Goldman Sachs était toutefois présent sur six des huit plus grosses transactions de l'année restantes.

Voici les classements faits par Dealogic:

Goldman est la première banque d'affaires dans le monde en volume, avec 25% de part de marché.

Dealogic

Dealogic

Goldman est numéro 1 aux Etats-Unis.

Dealogic

Dealogic

Et en Europe.

Dealogic

Dealogic

Et en Asie-Pacifique (hors Japon).

Dealogic

Dealogic

Goldman a travaillé sur 6 des 10 plus grosses transactions de l'année. 

Dealogic

Dealogic

Version originale: Matt Turner/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Il y a une raison simple pour laquelle les 4 grandes banques françaises sont absentes du Top 20 des banques conseil en M&A

VIDEO: Ashton Kutcher explique pourquoi il n'a pas tout de suite investi dans Uber et pourquoi il est si facile de sous-estimer une nouvelle idée