La Grande barrière de corail est l'un des endroits les plus spectaculaires du monde — voici à quoi elle ressemble en disparaissant

  • La Grande barrière de corail est l'un des endroits les plus riches en biodiversité du monde, et cela vaut des milliards de dollars.
  • Mais elle est réellement menacée, à cause des émissions de gaz à effet de serre qui réchauffent l'eau et l'acidifie, ce qui provoque le blanchiment des coraux et peut les tuer. 
  • Il y a de vrais risques pour que la Grande barrière de corail soit tuée dans les deux prochaines décennies, laissant une structure morte qui pourrait prendre des milliers d'années à se reconstruire, si cela est encore possible.

Un des environnements naturels les plus spectaculaires est aussi le plus vulnérable, et si les gens ne font pas attention; il y a de grands risques pour qu'elle soit bientôt entièrement détruite.

Située au large de la côte nord-est de l'Australie, la Grande Barrière de Corail — composée de plus de 3860 récifs coralliens séparés, selon certaines mesures — est une structure naturelle si massive qu'elle peut être vue depuis l'espace.

Elle abrite de nombreux organismes vivants et c'est un énorme attrait pour le tourisme. Parmi tous les sites du patrimoine mondial de l'UNESCO, c'est le plus riche en biodiversité et l'écosystème de récifs coralliens le plus vaste de la planète.

Mais comme tous les récifs coralliens, il est vulnérable face à l'activité humaine, ce qui signifie qu'il risque réellement de mourir.

Ce ne pas seulement les activités locales, comme la pêche et la pollution, qui endommagent les coraux qui composent la Grande barrière de corail, bien qu'ils aient des effets néfastes aussi. La plus grande menace du monde pour la santé des récifs — à la fois au large de l'Australie et dans le monde entier — vient des émissions de dioxyde de carbone qui provoque le changement climatique.

Les conséquences générales de la disparition des récifs sont dévastatrices, à la fois pour les milieux naturels et pour les êtres humains qui en dépendent.

Selon une récente étude de la revue Nature Geosciences, la Grande Barrière de Corail a vécu des expériences de mort-imminente et en est revenue — à cinq reprises au cours des 30 000 dernières années. Cela prouve que la récupération est au moins théoriquement possible, mais dans ces cas, cela a pris des centaines ou des milliers d'années.

Voici ce qui rend la Grande barrière de corail si fragile:

Selon une étude récente publiée dans la revue Nature, la Grande barrière de corail est composée de 3863 récifs coralliens, avec plus de 400 variétés de coraux qui construisent ces récifs.

Source: Nature

Les coraux sont des animaux — des créatures translucides qui forment d'énormes colonies et créent une variété de structures.

Certains types d'algues peuplent les structures, ce qui donne aux récifs des couleurs vives et les aide à tirer de l'énergie du soleil ainsi que des nutriments et du plancton de l'eau.

Les environnements créés par ces créatures sont cruciaux — un quart des espèces de poissons passent une partie de leur cycle de vie dans les récifs, ce qui signifie que leur disparition pourrait avoir des effets catastrophiques sur les populations de poissons et les nombreuses personnes qui s'en nourrissent ou qui en vivent.

La Grande Barrière de corail abrite au moins 1500 espèces de poissons, 4000 espèces de mollusques, 240 espèces d'oiseaux et des milliers d'autres créatures marines.

Source: UNESCO

Le gouvernement australien a déclaré que le récif contribue à hauteur de 6,4 milliards de dollars à l'économie et qu'au moins 64.000 personnes ont des emplois qui dépendent du récif.

Les estimations de la valeur économique globale des récifs suggèrent qu'ils contribuent entre 30 milliards de dollars et plus de 375 milliards de dollars à l'économie mondiale chaque année, bien que certains scientifiques affirment que ces chiffres sont encore bien loin de ce qu'il en est réellement.

REUTERS/HO/Great Barrier Reef National Park Authority

Source: Business Insider

Les activités locales ont contribué à la dégradation de la Grande barrière de corail et d'autres récifs.

REUTERS/David Loh

Le ruissellement des eaux et la pollution provenant de l'agriculture ont endommagé le récif, ce qui a permis à des espèces nuisibles d'algues et d'étoiles de mer prédatrices d'envahir certaines parties.

Mais les récifs coralliens souffrent encore plus du changement climatique.

David Gray/Reuters

À mesure que le changement climatique augmente la température de l'eau et que les mers deviennent plus acides en absorbant le dioxyde de carbone, le corail perd ses algues dans un processus qu'on appelle le blanchiment.

REUTERS/Handout

Le blanchiment ralentit la croissance des coraux et les rend vulnérables face aux types d'algues nuisibles, aux maladies et à la mort.

David Gray/Reuters

Un tiers de la Grande Barrière de Corail est mort après un épisode de blanchiment extrême provoqué par une vague de chaleur catastrophique en 2016.

Un autre épisode de blanchiment en 2017 a aggravé les dégâts, tuant la moitié du récif en deux ans.

REUTERS/David Gray

Selon certaines estimations, des conditions similaires dans le monde ont tué près de la moitié des récifs coralliens du monde au cours des 30 dernières années.

ARC Centre of Excellence for Coral Reef Studies/ Mia Hoogenboom

D'ici 2030, 60% de tous les récifs coralliens devraient être fortement ou gravement menacés, et 98% des récifs seront exposés à des conditions potentiellement mortelles tous les ans.

REUTERS/David Gray

Le gouvernement australien a récemment annoncé un budget de 379 millions de dollars alloué à la limitation des écoulements agricoles des fermes et à l'élimination des étoiles de mer à couronne d'épine qui dévorent les coraux, ce qui liquéfie les organismes coralliens.

David Gray/Reuters

Source: Business Insider

Mais les experts disent que résoudre ces problèmes sans s'occuper du changement climatique ne sauvera pas le récif.

Peter Gash, propriétaire et gérant du Lady Elliot Island Eco Resort, se prépare à faire du snorkeling lors d'une inspection de l'état du récif dans une zone appelée «Coral Gardens» située sur l'île Lady Elliot. REUTERS/David Gray

La Grande Barrière de corail et la plupart des autres récifs coralliens du monde pourraient presque complètement disparaître en quelques décennies, laissant surtout des structures mortes à leur place.

Catlin Seaview Survey / Underwater Earth

Comme cela fut le cas par le passé, ces récifs pourraient finalement renaître, mais cela pourrait prendre des milliers d'années — et il est peu probable que cela se produise avant que le changement climatique soit réglé.

REUTERS/David Gray

Cela laisserait les parties de l'océan les plus vibrantes — et à bien des égards, les plus importantes — inertes, ce qui aurait des effets dévastateurs sur la vie marine et sur toutes les personnes qui en dépendent.

The Ocean Agency / XL Catlin Seaview Survey

Version originale: Kevin Loria/Business Insider 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Les 18 villes qui subiront les hausses de températures les plus importantes en 2050

VIDEO: C'est une bonne chose si votre peau pèle après avoir attrapé un coup de soleil — voici pourquoi

Nouveau ! Découvrez BI Intelligence Profitez dès maintenant de notre offre de lancement ›

Contenu Sponsorisé

Les technologies qui nous ont fait gagner le plus de temps

  1. Lo

    "La Grande barrière de corail est l'un des endroits les plus riches en biodiversité du monde, et cela vaut des milliards de dollars". Tout est chiffré et évalué en sommes monétaires, vous me dégoûtez! Il y a des choses qui sont inestimables!

Laisser un commentaire