Manifestation de cheminots à Paris, le 28 juin 2018. REUTERS/Benoit Tessier

La grève du printemps à la SNCF a coûté 790 millions d'euros, selon une estimation communiquée ce vendredi 20 juillet par la direction dans un document interne.

Le coût s'explique par une perte de chiffre d'affaires, à hauteur de 770 millions d'euros, à laquelle s'ajoutent 160 millions d'euros de mesures commerciales destinées aux clients de la compagnie et aux autres entreprises ferroviaires.

A ces pertes, la SNCF soustrait 140 millions d'euros engendrés par les retenues sur salaire et par les économies d'énergie réalisées pendant les jours de grève.

Les 790 millions d'euros pèsent à hauteur de 580 millions d'euros sur SNCF Mobilités et de 210 millions d'euros sur la branche Réseau.

Le 3 avril dernier, au début du mouvement, Guillaume Pepy, le PDG de la SNCF déclarait que la grève coûtait près de 20 millions d'euros par jour. En comptant 36 jours de grève entre le 3 avril et le 28 juin, cela aurait fait un total de 720 millions d'euros.

Toutefois, début juin, après 24 jours de grève, la facture était revue à la baisse à 400 millions (au lieu de 520 millions pour 24 jours) en raison de la baisse de la mobilisation, qui permettait de faire circuler plus de trains.

Au final, avec ce montant de 790 millions avancé par la direction, le coût de la grève aura donc été supérieur aux prévisions. 

Un montant a mettre en parallèle au résultat net du groupe, qui a atteint 679 millions d'euros en 2017.

Cette grève, inédite par son format (deux jours d'arrêt de travail tous les cinq jours) n'aura pas empêché le vote de la loi, qui prévoit l'ouverture à la concurrence du système ferroviaire, la fin du statut de cheminots pour les nouvelles recrues et la transformation juridique de la SNCF.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : La justice vient de prendre une décision favorable aux grévistes de la SNCF — et ça va encore gonfler la facture de la grève

VIDEO: Ces croissants aux couleurs de l'arc-en-ciel font un carton à Londres — un hôtel 5 étoiles s'est même mis à en vendre