Des camions de transport.
REUTERS/Andy Clark

Xavier Bertrand craint que sa région Hauts-de-France ne se fasse "distancer par d'autres" après le Brexit, notamment à cause d'un gros problème de camions, a rapporté le Financial Times le 2 janvier 2018.  

"Je ne veux pas de décisions post-Brexit qui pénaliseraient les relations transfrontalières", a-t-il souligné, en mentionnant notamment une crainte au niveau des contrôles douaniers.

D'après le quotidien économique britannique, un simple contrôle de deux minutes d'un camion crée des embouteillages de 27 minutes "de chaque côté de la Manche"

Xavier Bertrand redoute qu'à cause de tels ralentissements, le trafic maritime soit dévié de Douvres pour privilégier d'autres ports anglais, ce qui favoriserait par conséquent les échanges avec les ports d'Anvers ou Rotterdam, et pénaliserait Dunkerque. 

C'est pour cela que Stéphane Raison, président du directoire du Grand Port maritime de Dunkerque (GPMD), espère avant tout réussir à "maintenir un traffic le plus fluide possible". Il précise "avancer à tâtons" et ne pas pouvoir quantifier à combien s'élèveraient les pertes.

Le port de Dunkerque a prévu un plan de plus de 600 millions d'euros pour construire un nouveau terminal capable d'accueillir des conteneurs plus grands.

"Actuellement, sur le marché des conteneurs, les échanges mondiaux avec le range Nord (du Havre à Hambourg) sont réalisés à 75 % par les ports d’Anvers, Rotterdam et Hambourg, malgré les qualités nautiques et la position stratégique exceptionnelle de notre port, à l’entrée de la mer du Nord", précisait Stéphane Raison à la Voix du Nord en janvier 2017.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Les négociateurs du Brexit pourraient demander des milliers de bouteilles de vin à l'UE