Parc OL

L'intérieur du Parc OL, inauguré en janvier 2016. Wikimedia Commons/Alexis Klein

Les recettes "jour de match" sont le "talon d'Achille" des stades français, selon un rapport d'activité de la Ligue Française Professionnelle (LFP) sur la saison 2013-2014.

Comparés à leurs voisins européens, les stades français ne parviennent pas à remplir suffisamment leurs tribunes et vendent peu de produits (merchandising, restauration) aux supporters qui ont fait le déplacement.

Les stades de Ligue 1 réunissent en moyenne 21 000 spectateurs par match selon la LFP, contre une moyenne de 43 000 par match en Allemagne.

Pour rattraper ce retard et générer de nouvelles recettes, les clubs français commencent à se tourner vers la data. En collectant des données sur leurs visiteurs, ils pourraient mieux fidéliser les supporters, leur offrir une expérience stade augmentée et faire du sur-mesure.

"Transformer le supporter en client, faire en sorte qu'il vienne avant le match" et pas seulement pour le match, permet de le faire dépenser plus, a expliqué Philippe Dardelet, directeur conseil Sport Business chez Deloitte, lors d'un point presse le 11 octobre 2016.

Deux clubs français sont engagés dans cette voie.

Avec son Parc Olympique Lyonnais (P.O.L.) ultra connecté — qui offre notamment du Wifi, des stats en temps réel, des animations interactives —  inauguré en janvier 2016, le groupe OL a fait bondir son revenu moyen spectateur de 16 euros en 2014-2015 à 32 euros en 2015-2016.

Le Stade Toulousain a quant à lui créé une appli à télécharger gratuitement, grâce à laquelle le supporter peut organiser sa journée au stade de A à Z.

Google Play

Capture d'écran Google Play

Avant le match, il peut réserver et acheter son billet. Le jour J, il a accès au réseau wifi privé HD et à des données de choix comme s'il regardait le match à la télé : statistiques, interviews, suivi en temps réel de ce que filment les caméras, et replay des temps forts du match.

Il peut aussi commander et payer des consommations et produits dérivés, sans quitter les gradins et partager ses impressions sur le match avec d'autres spectateurs ou sur les réseaux sociaux.

"Le supporter change de statut et devient désormais le client auquel le club propose un parcours, une expérience sur les canaux digitaux", analyse Deloitte.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Cette startup a fracassé les traditions de la billetterie en France et s'attaque maintenant à 2 nouveaux pays