Will Ferrell est un agent du fisc américain dans "L'incroyable destin de Harold Crick" ("Stranger than fiction"). YouTube

La fiscalité des crypto-monnaies peut varier fortement d'un pays à un autre. Relativement récents dans le paysage monétaire et financier, ces actifs sont souvent peu régulés. Et leurs détenteurs se retrouvent parfois libres de tout imposition. 

France Stratégie, un laboratoire d'idées rattaché au Premier ministre, a répertorié la fiscalité appliquée aux plus-values réalisées avec des monnaies virtuelles, comme le bitcoin

Voici le niveau d'imposition dans les pays étudiés par le think tank, du taux le plus élevé au plus faible :

  1. Royaume-Uni: taux forfaitaire de 28% 
  2. Allemagne: taux de 25% 
  3. Israël: taux forfaitaire de 25%
  4. Etats-Unis: taux marginal de 20%, en vertu du régime des plus-values à long terme
  5. Italie: pas d'imposition en l'état de la réglementation 

Résultat, l'Italie affiche pour le moment la fiscalité la plus avantageuse pour les investisseurs particuliers obtenant des gains en crypto-monnaie.

En France, l'annulation d'une doctrine fiscale remontant à 2014 par le Conseil d'Etat a rebattu les cartes, souligne le magasine Capital. Les plus-values occasionnelles ne sont plus soumises au régime des bénéfices non commerciaux (BNC).

Les contribuables peuvent profiter de la fiscalité plus légère du régime des biens meubles et se voir imposer un taux forfaitaire de 19% (+17,2% de prélèvements sociaux), contre un taux pouvant grimper jusqu'à 45% auparavant, selon la tranche d'imposition.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Les crypto-monnaies sont un désastre environnemental — elles ne peuvent pas être utilisées pour les paiements du quotidien, selon une organisation financière internationale

VIDEO: Cette brosse autonome et électrique veut laver vos dents en seulement 10 secondes — vous n'avez même plus à les frotter