L'astronaute américaine Peggy Whitson en sortie extra-véhiculaire en janvier 2017. NASA

La Station spatiale internationale (ISS) — où se trouve notamment l'astronaute français Thomas Pesquet — fonctionne actuellement en partie à l'aide d'un système de secours et ce depuis le week-end du 20-21 mai 2017.

En effet, un ordinateur de l'ISS, qui gère entre autres l'énergie solaire, les radiateurs, les circuits de refroidissement et d'autres équipements du vaisseau, est tombé en panne samedi matin, a annoncé la NASA.

Cette panne n'a pas eu d'incidence sur le fonctionnement du vaisseau, ni sur l'équipage à bord, puisque le système auxiliaire a pris le relais.

A l'heure actuelle, l'origine de la panne est inconnue, a précisé la NASA

Une sortie extra-véhiculaire (EVA) d'urgence est ainsi prévue ce mardi 23 mai pour remplacer l'ordinateur désormais hors-service — qui avait été installé il y a environ deux mois lors d'une sortie extra-véhiculaire — par une pièce de rechange.

Cette sortie dans l'espace devrait durer environ deux heures, autrement dit, beaucoup moins qu'une sortie "classique" qui dure généralement un peu plus de six heures.

Elle débutera à 12h30 heure française et sera retransmise en direct par la NASA.

La commandante en chef de l'ISS Peggy Whitson sera accompagnée de son compatriote Jack Fischer, ingénieur de vol.

La dernière sortie dans l'espace d'urgence de la NASA a été effectuée en décembre 2015: deux astronautes américains étaient sortis de l'ISS pour débloquer l'un des freins du chariot mobile du transporteur du bras robotique, resté coincé dans une position non-conforme.

L'ISS, en orbite autour de la Terre depuis novembre 1998, est techniquement certifiée jusqu'en 2028. Mais selon un astronaute belge qui y a séjourné, elle devrait devenir une sorte de campus où les entreprises privées effectueront de la recherche scientifique.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Voici comment surmonter des projets de très longue durée grâce à sa mémoire, selon l'astronaute Thomas Pesquet