Joe Isidori (gauche) en compagnie de @thefatjewish. Instagram/joeisidori

Le chef américain Joe Isidori, connu pour avoir travaillé pour Donald Trump, a affirmé auprès de la Tribune de Genève, sa volonté de conquérir le marché suisse de la restauration en ouvrant son premier Black Tap en Suisse. 

C'est sa première implantation en Europe.

Spécialisé dans les burgers, la bière artisanale et les milkshakes, son restaurant Black Tap est le paradis des amateurs de junk food comme Donald Trump.

Avec cinq restaurants basés à New York, et un chiffre d'affaires estimé à 20 à 25 millions d'euros, Joe Isidori vend près d'un million de burgers et milkshakes par an. Très sollicité sur les réseaux sociaux, il compte plus de 500.000 followers, notamment sur Instagram. Le chef étoilé a même remporté de nombreux prix pour sa gastronomie "junk/chic". 

Le nouveau restaurant ouvrira à Genève dans deux mois, à 100 mètres d'un McDonald's. Mais Joe Isidori n'a pas pour ambition de détrôner les fast-food:

"Je ne considère pas McDonald's comme un concurrent. Il faut comprendre que Black Tap offre l'excellence dans sa cuisine", a t-il déclaré, dans la Tribune de Genève.

L'un des burgers gourmets de Black Tap. Instagram: @joeisidori

Le chef vend des burgers de luxe sur fond de street-art. On est plutôt dans la lignée de fast-food à la Big Fernand, qui a ouvert en 2012 en France voire de Carl's Jr, qui va faire son apparition en France cette année. A New York comme à Dubaï, les plus courageux sont prêts à faire trois heures de queue.

Trump est un adepte de junk food. Twitter

Avant de devenir un chef étoilé, Isidori, alors âgé de 25 ans, avait attiré l'attention de Donald Trump, qui l'a fait travailler de 2003 à 2008 dans son club de golf à Mar-a-Lago avant de lui confier le Trump International Hotel and Tower de Los Vegas.

Le chef en garde un très bon souvenir, comme il l'avait confié au Hollywood Reporter:

"[La famille Trump] a été très sympa avec moi et m'a traité comme si je faisais partie de la famille".

Si Joe Isidori a décidé de ne pas réitérer son travail au service de Donald Trump, ce serait plutôt pour se concentrer sur sa carrière de restaurateur.

"J’ai travaillé pour Donald Trump et sa famille jusqu’à ce que j’atteigne la trentaine. Et j’ai été très bien traité. J’ai cependant décidé d’ouvrir mon propre restaurant lorsque j’ai obtenu mon étoile Michelin. Dès lors, je n’ai plus eu de contact avec eux", détaille-t-il dans La Tribune de Genève.

Le gérant de Black Tap se prépare à en ouvrir un restaurant à Singapour l'année prochaine, après l'ouverture du restaurant genevois et peut-être de deux autres à Lausanne et à Zurich.

Et si le territoire suisse semble particulièrement l'intéresser, le chef n'exclut pas la possibilité de collaborer avec les chocolatiers locaux. Pourra-t-on espérer voir naître un milkshake au chocolat suisse?

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : VIDEO: Donald Trump ne mange pas sainement et raffole de fast food — voici à quoi ressemble son régime alimentaire