Des traders et des employés visionnant le match États-Unis VS Allemagne de la Coupe du Monde de football de 2014 dans les locaux du New York Stock Exchange, le 26 juin 2014. Brendan McDermid/Reuters

  • Les traders, comme nombre d'entre nous, sont distraits lorsqu'un match de la Coupe du Monde de foot se déroule pendant la journée de travail.
  • Les volumes d'opérations sur des principales places boursières ont reculé plus que les années précédentes pendant la Coupe du Monde 2014, et plus particulièrement lorsque l'Allemagne ou le Brésil jouaient, d'après les données de Thomson Reuters.
  • Une étude de la Banque centrale européenne a montré que les opérations avaient aussi ralenti pendant le Mondial 2010.
  • Cette année, deux matchs de phases de groupes débuteront à 11h00 et 14h00 — heure de New York —, au beau milieu de la journée de bourse aux États-Unis.

N'hésitez pas à zapper de la chaîne des finances sur une chaîne sportive pendant la Coupe du Monde — il y a des chances pour que des collègues traders en fassent autant dans le monde entier.

C'est du moins ce qui s'est produit lors des deux derniers tournois. Durant les grands matchs de la Coupe du Monde 2014, les volumes d'échanges sur les principales places boursières mondiales ont chuté par rapport à plusieurs périodes comparables des années précédentes, d'après les données compilées par Thomson Reuters. Les traders ont particulièrement été distraits lorsque le Brésil, le pays hôte, et l'Allemagne, qui a fini par gagner, jouaient. 

Pour les investisseurs aux États-Unis et au Brésil, cela n'a pas aidé que certains matchs commençaient à 13h, heure du Brésil, au beau milieu de la séance de bourse. Pour couronner le tout, une conférence de la Réserve fédérale américaine à mi-tournoi se déroulait le 18 juin. Heureusement, il ne s'agissait que d'un match en phase de groupes entre les deux équipes les moins attrayantes, l'Australie et les Pays-Bas.

Dans les graphiques ci-dessous, les barres bleu foncé représentent le volume d'échanges lors d'un grand match de la Coupe du Monde de 2014. Pour chaque échantillon, la barre plus claire sur la gauche montre le volume sur un jour similaire, une année plus tôt, et la barre sur la droite, le volume similaire sur un jour l'année d'après. 

Le 30 juin à 13h, heure locale, la France avait affronté le Nigéria au Brésil. Le 1er juillet, c'était l'Argentine contre la Suisse, le 4 juillet, la France contre l'Allemagne, le 8 juillet, le Brésil contre l'Allemagne, et le 9 juillet, les Pays-Bas contre l'Argentine. Les États-Unis ont affronté la Belgique après la clôture le 1er juillet.

Voici le volume des échanges pour le S&P 500:

Andy Kiersz/Business Insider; data via Thomson Reuters

Voici le volume d'échanges du BOVESPA, l'indice phare de la Bourse de São Paulo: 

Andy Kiersz/Business Insider; data via Thomson Reuters

Et de l'Allemand DAX, pour qui les résultats sont moins constants, peut-être en raison du décalage horaire:

Andy Kiersz/Business Insider; data via Thomson Reuters

Un timing beaucoup plus mauvais cette année

En comparaison de 2014, le timing est pire pour les traders d'outre-atlantique cette année, car les jeux débuteront ce jeudi 14 juin, avec un match entre la Russie, la nation hôte contre l'Arabie saoudite. Les deux phases de groupe auront lieu à 11h et 14h heure de New York, tous deux pendant l'ouverture de Wall Street. Au cours du dernier tournoi, le coup d'envoi a été donné à la clôture, à 16h. 

Les données pourraient donc être intéressantes, une fois que la Coupe du Monde de 2018 sera terminée, dans la mesure où les équipes préférées des traders — le Brésil et l'Allemagne — sont en compétition. 

Après la Coupe du Monde de 2010, la Banque centrale européenne s'est penchée sur les données minute par minute de 15 bourses mondiales, dont le Brésil, les États-Unis et la nation hôte, l'Afrique du Sud. Les chercheurs ont constaté que lorsqu'une équipe jouait, le nombre de transactions dans le pays d'origine chutait de 45% alors que les volumes étaient inférieurs de 55%. De plus, chaque fois qu'une équipe a marqué des points, l'activité de trading reculait de 5%.

"Nous concluons que les marchés boursiers suivaient l'évolution de la situation sur le terrain de soccer plutôt que dans la fosse de négociation, ce qui a entraîné une modification du processus de formation des prix", a déclaré la BCE dans une note de 2012

Version originale: Akin Oyedele/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Goldman Sachs a utilisé une IA pour simuler 1 million de résultats possibles pour la Coupe du Monde — et a clairement identifié un vainqueur

VIDEO: Voici un cours de yoga aérien — une discipline où vous êtes suspendu la tête en bas sur un hamac