Un employé de Safran travaille sur le système de propulsion LEAP-1A d'Aircelle pour l'A320neo d'Airbus en avril 2016. REUTERS/Regis Duvignau

Le déficit commercial de la France est reparti à la hausse l'an dernier pour s'établir à 48,1 milliards, contre 45,0 milliards un an plus tôt, selon les statistiques publiées mardi par les Douanes.

Pourtant, sur le seul mois de décembre, le déficit commercial de la France —  ce qui signifie qu'elle importé plus de biens qu’elle n’en a exporté — s'est quelque peu amélioré par rapport au mois précédent, à 3,42 milliards d'euros contre 4,37 milliards en novembre. 

Cette amélioration de fin d'année tient presque exclusivement au secteur aéronautique du fait de livraisons d'Airbus à un niveau record avec 64 appareils livrés pour 5,80 milliards contre 32 appareils pour 2,64 milliards en novembre.

"Ce record surpasse la meilleure performance antérieure du groupe (3,3 milliards en juin 2015). Il découle des efforts de l’avionneur en toute fin d’année pour respecter ses prévisions annuelles de livraisons, après des difficultés industrielles en cours d’exercice", précisent les Douanes dans le bilan mensuel.

Sur l'année écoulée, les livraisons aéronautiques et spatiales sont stables en 2016, égalant le niveau record atteint en 2015, à 58 milliards.

La hausse concerne surtout les avions A350, avec 47 appareils livrés en 2016 contre 14 en 2015. "La production de ce nouveau long-courrier a été multipliée par 3,5 en 2016 par rapport à l’année précédente", indique encore le document.

Les livraisons d’avions A380 et A320 augmentent également.

Seules celles de A330 reculent, passant de 102 appareils en 2015 à 72 en 2016.

La dégradation du déficit commercial annuel résulte d'une aggravation du déficit manufacturier que la baisse de la facture énergétique n'a pas permis de compenser.

Les exportations françaises ont diminué de 0,6% en 2016 après leur progression de 4% un an plus tôt, et ce malgré une nette reprise au dernier trimestre, et les importations ont stagné (+0,1% après +1,1%).

Le commerce extérieur aura coûté notamment 0,9 point de croissance à l'économie française, estimait l'INSEE récemment.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : La croissance économique manque l'objectif de Bercy

VIDEO: Voici le moment où la démo publique du nouvel outil de reconnaissance faciale de l'iPhone X a échoué