La deuxième semaine de janvier est une période chargée pour les groupes pharmaceutiques. 

Depuis lundi, des milliers de cadres de l'industrie pharmaceutique, d'investisseurs, de banquiers et d'analystes affluent à San Francisco pour la conférence sur la santé organisée par JPMorgan.

Pour sa 35e édition, la conférence a explosé, passant d'un petit événement de 150 personnes — qui représentait essentiellement "le berceau de la biotech" — à un événement qui rassemble tout le monde, de la plus grande entreprise pharma à la plus petite société de biotech.

C'est l'endroit idéal pour les entreprises pour rencontrer des investisseurs et se échanger entre elles, et cela peut être le début de fusions ou d'autres accords. 

"S'il existe un endroit où on peut se vendre, c'est bien à cet événement", dit Jamie Streator, responsable des investissements santé chez Cowen and Co. 

C'est aussi l'endroit pour annoncer des accords — comme ce fut le cas avec le rachat à 5,2 milliard de dollars d'Ariad Pharmaceuticals.

Mais les gens ne seront pas seulement intéressés par les fusions-acquisitions. Du contexte politique à la "toute dernière nouveauté" en matière de traitements, voici certains des thèmes clés dont il sera question cette semaine.

L'année des thérapies géniques

L'une des grandes questions dont il sera question en 2017 est quelle sera la technologie ou quel sera le groupe de pathologies qui fera le plus de bruit en 2017. La réponse à cette question pourrait être quelque chose dont vous avez déjà entendu parler. Les vétérans de cette grande messe ont dit à Business Insider que les plus gros sujets ont tendance à venir par vagues. 

"Les entreprises pharmaceutiques sont suivistes. Quand elles voient quelque chose de cool, elles se jettent toutes dessus et se disent il faut que je l'ai", dit à Business Insider Doug MacDougall, directeur associé à MacDougall Biomedical Communications.

Cependant, ça ne marche pas toujours immédiatement comme prévu. Parfois, les traitements ne fonctionnent pas, et cela nécessite quelques faux pas supplémentaires avant que l'entreprise trouve comment les faire fonctionner correctement. Ou sinon, la nouvelle technologie ou le nouveau traitement en question peut être à ses premiers stades seulement. 

L'année dernière, les entreprises utilisant la technique d'édition de gènes CRISPR étaient importantes dans la perspective des technologies émergentes. Mais aussi vite que cette technique est actuellement en train de se développer, il faudra attendre encore quelques années pour voir cette technique bien fonctionner chez les humains. 

Cette année devrait être une grande année pour les thérapies géniques et cellulaires — dans lesquelles les gènes responsables de maladies sont remplacés ou rendus silencieux. 2017 pourrait enfin apporter de bonnes nouvelles à ce sujet. Le développement de ces thérapies a été retardé en 1999, après la mort d'un patient de 18 ans qui participait à l'essai expérimental.

La thérapie CAR T-cell — CAR pour "récepteur antigénique chimérique" — prend les cellules mêmes d'une personne, les extrait de son corps, les reprogramme, et les réintroduit dans le corps où elles peuvent s'attaquer à une cellule cancéreuse en particulier. Deux entreprises ont dit qu'elles avaient l'intention de soumettre leurs thérapies cellulaires à la FDA en 2017

Les discussions inévitables sur le prix des médicaments

Après l'élection présidentielle américaine, les investisseurs étaient soulagés. les actions biotech ont grimpé de 13,3% à la fin de la semaine suivant l'élection. Les investisseurs s'étaient montrés nerveux sur ce qu'une présidence d'Hillary Clinton aurait signifié pour la régulation du développement et du prix des médicaments. La démocrate avait souvent fait chuter les cours des laboratoires pharmaceutiques avec ses commentaires sur Twitter. Donald Trump, au contraire, a été bien moins clair sur ses idées concernant le prix des médicaments. 

En décembre 2016, Donald Trump a éclairci les choses dans une interview accordée au Time Magazine, disant: "Je vais baisser les prix des médicaments. Je n'aime pas ce qu'il se passe avec les prix des médicaments." L'indice biotech avait chuté d'environ 3% ce jour-là, mais a rebondi depuis.

Google Finance

Alors que Donald Trump critique certaines entreprises sur Twitter, certains s'inquiètent qu'il fasse de même avec les laboratoires pharmaceutiques. La question est de savoir comment ces entreprises lui répondront quand cela arrivera, et si une quelconque législation sera introduite pour s'en prendre aux prix des médicaments qui grimpent.

Il sera intéressant de voir si plus d'entreprises commencent à considérer des alternatives à l'augmentation systématique des prix, ou si elles s'engageront à plafonner la hausse des prix à moins de 10%, comme Novo Nordisk et Allergan l'ont fait.

Qu'en est-il des fusions-acquisitions?

2016 n'a pas vraiment été une année de blockbusters pour les fusions et acquisitions — du moins comparée aux années précédentes. Selon Bloomberg, le volume total des fusions-acquisitions en 2016 a été de 91 milliards de dollars, en baisse par rapport à l'année précédente où il était de 118 milliards de dollars. 

Mais les accords entre les laboratoires pharmaceutiques n'impliquent pas toujours la vente d'entreprises entières. Plus souvent, en particulier puisque l'engouement pour les rachats de grosse envergure est en déclin, les entreprises s'associent pour le développement ou la commercialisation d'un médicament prometteur. 

"Ce qu'il s'est passé dans l'évolution de la conférence durant ces 15-20 dernières années, c'est que c'est devenu plus une conférence où on développe son business qu'une conférence d'investissements", dit Doug MacDougall. 

Seth Lederman, PDG de Tonix Pharmaceuticals qui développe un médicament pour traiter l'état de stress post-traumatique, a dit qu'il allait à San Francisco avec l'espoir de trouver un partenaire qui l'aidera à commercialiser ce médicament, qui se prépare à entrer en phase 3 d'essai clinique, au lieu de vouloir purement racheter une entreprise pour le faire. 

Bien entendu, ce type d'accords pourrait mener à un rachat plus tard, dit-il. 

"J'aime bien le terme 'louer pour acheter'", dit-il. 

En gros, la situation idéale est que le partenaire commercial finisse par devenir l'entreprise qui acquiert des plus petites entreprises biotech. Dans certains cas (par exemple la vente de Pharmacyclics à AbbVie au lieu de son partenaire Johnson & Johnson), ce n'est pas comment les choses se passent, mais Seth Lederman dit que ça pourrait être une bonne chose si le partenaire pharmaceutique sous-estime la petite entreprise de biotech.

Le processus par lequel les médicaments entrent sur le marché

Les laboratoires pharmaceutiques ont vraiment besoin d'une relance en 2017 après une année 2016 quelque peu décevante. En 2016, 22 nouveaux médicaments ont été approuvés par la FDA, alors que 45 médicaments avaient été approuvés en 2015. 

Et les antécédents des grandes entreprises pharmaceutiques pour développer des nouveaux médicaments empirent encore plus. Selon un rapport publié le mois dernier par Deloitte, les rendements de la recherche et du développement pour les grandes entreprises pharmaceutiques sont en chute: 3,7% en 2016, contre 10,1% en 2010. La solution, toutefois, pourrait ne pas être de grandir via des fusions-acquisitions (puisque le cabinet Deloitte a remarqué que les plus grosses compagnies affichaient un rapport négatif concernant les retours sur leurs investissements en R&D).

Nouer de bons partenariats avec des entreprises en plein développement va être cruciale pour changer les états de service de l'industrie pharmaceutique. Mais il serait intéressant de savoir comment l'industrie pharmaceutique envisage de s'adapter pour passer d'une dépendance ur les blockbusters et les montées systématiques des prix des médicaments à de nouveaux traitements dans des domaines potentiellement inexplorés. 

Quid, des introductions en bourse?

2016 a été une année relativement calme concernant les introductions en bourse des biotech, en partie parce que le secteur des biotech était dans l'ensemble en baisse de 21,47%, comparé à la hausse de 10,78% de l'indice S&P 500 l'an passé. 

2017 a commencé de façon optimiste avec le processus d'introduction en bourse déclenché par Jounce Therapeutics, un laboratoire pharmaceutique qui fabrique des médicaments contre le cancer. La Silicon Valley bank (SVB) prévoit 28 à 30 accords d'introduction en bourse pour les entreprises biopharma en 2017, en parlant d'un environnement "en bonne santé". 

En particulier, la SVB a remarqué que les introductions en bourse des appareils médicaux vont doubler en 2017 (contre seulement 3 en 2016).

Version originale: Lydia Ramsey/Business Insider

Lire aussi : Ces 10 technologies émergentes auront le plus d'impact sur notre avenir selon l'OCDE