L'indice Dow Jones a clôturé à un niveau record jeudi 10 novembre, pratiquement 1% au-dessus de sa précédente clôture record qui remontait au mois d'août.

Il y a une semaine, peu de stratèges auraient parié sur ce résultat, si les sondages — qui se sont trompés — avaient montré que le candidat républicain à la présidentielle américaine, Donald Trump, allait prendre l'avantage dans la course à la Maison Blanche. Donald Trump était le candidat imprévisible, et pour les marchés, l'imprévu est synonyme de plus de risque. 

Et, en effet, les marchés se sont affolés le soir de l'élection, dès qu'il est apparu que la victoire de Donald Trump était certaine. 

Mais l'heure est à la rétrospection. 

"Je suis assez fier des marchés" qui se sont retournés aussi rapidement, a indiqué Jeff Kleintop, chief global investment strategist de Charles Schwab, dans un entretien avec Business Insider.

"Ils ont retenu la leçon du Brexit: à savoir que la première réaction du marché ne doit pas être celle qu'il faut suivre", précise Jeff Kleintop.

Avant l'élection américaine, les experts ont mis en garde contre des parallèles hâtifs avec le Brexit, le vote britannique en faveur d'une sortie de l'Union européenne, qui a lui aussi fait mentir les sondages lors du référendum du mois de juin. Une des raisons invoquées est que les sondages aux Etats-Unis ne fonctionnent pas du tout comme au Royaume-Uni, qui ont plus mauvaise réputation encore.

Or, mercredi, comme pour le Brexit, il s'est trouvé que le mouvement populiste l'avait emporté. Les investisseurs, d'abord pris par surprise, se sont débarrassés immédiatement d'actifs risqués après les deux événements. 

Mais les marchés répondent de plus en plus vite à des informations politiques majeures. Kleintop dit qu'il a fallu trois mois aux marchés pour se remettre de la crise de 2011, pendant laquelle le Congrès américain était bloqué sur les dépenses du gouvernement et le déficit. Il a fallu trois jours au marché pour se remettre du Brexit et seulement trois heures environ pour digérer la victoire de Donald Trump, observe Jeff Kleintop. A la clôture mercerdi, le Dow Jones avait retrouvé ses plus hauts niveaux.

Tom Lee, de Fundstrat, a déclaré lundi 7 novembre qu'une victoire de Donald Trump n'allait jamais être une journée noire pour les marchés. En revanche, cela aurait pu être le cas d'une victoire de la démocrate Hillary Clinton qui n'aurait pas été acceptée par son rival Donald Trump, en raison de la période d'incertitude que cela aurait ouvert.

Même une victoire d'Hillary Clinton avec une majorité républicaine au Congrès — ce que le consensus attendait — aurait créé une sorte de blocage et d'incertitude.

Enfin, s'il y a bie une certitude, ajoute Jeff Kleintop, c'est que les marchés vont continuer à être volatils, à baisser, remonter, et re-baisser.

Version originale: Akin Oyedele/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !