Donald Trump et Angela Merkel à la Maison Blanche en 2017. Wikimedia Commons

  • Le FMI reste optimiste pour la croissance mondiale à court terme.
  • Mais l'organisation alerte sur la situation d'endettement général et des rapports déséquilibrés entre les économies.
  • Sa directrice générale Christine Lagarde dit que c'est avant tout un problème entre consommation et épargne, à l'image des Etats-Unis et de l'Allemagne.

Le Fonds monétaire international (FMI) reste optimiste pour la croissance mondiale à court terme mais avertit une fois de plus que son embellie devrait rapidement retomber si les gouvernements ne mettent pas en oeuvre des réformes pour élever le potentiel de leurs économies.

Dans une interview au Monde, Christine Lagarde s'inquiète notamment des déficits de certains pays "par rapport au reste du monde". "C'est important, car c'est fondé sur sa capacité à épargner ou à consommer et sur sa capacité à investir", explique-t-elle.

Pour illustrer son propos, l'ancienne ministre française de l'Economie compare les Etats-Unis et l'Allemagne. Selon elle, ses habitants ont des comportements différents mais ils créent le même problème pour l'économie mondiale.

"Lorsqu'un pays est globalement déficitaire comme les Etats-Unis, cela veut dire qu'il consomme beaucoup plus qu'il n'est capable de générer du revenu, donc il emprunte sa consommation au reste du monde. Les solutions ne sont pas commerciales. Elles sont de nature budgétaire ou structurelle. Quand les Allemands épargnent beaucoup plus qu’ils n’investissent, c'est le même problème."

Les économistes du Fonds voient maintenant le PIB des Etats-Unis progresser de 2,5% cette année puis 2,2% en 2019, soit dans les deux cas 0,2 point de plus qu'ils ne l'anticipaient en janvier.

L'Allemagne accompagnerait ce mouvement, avec un PIB revu en hausse de 0,2 point pour cette année, à +2,5%, mais confirmé à 2,0% pour l'an prochain. S'agissant de la France, la révision à la hausse porte tant sur 2018 (+0,2 point à 2,1%) que sur 2019 (+0,1 point à 2,0%).

Néanmoins, le FMI voit l'économie américaine commencer à accuser les contrecoups de la réforme fiscale à partir de 2020 puis plus nettement après 2023, une fois dissipé son impact positif sur l'investissement.

Dans ce contexte, le FMI répète que l'environnement favorable actuel doit être mis à profit pour engager des réformes qui permettent d'enrichir la croissance à moyen terme.

"Les bons moments ne dureront pas longtemps, mais des politiques sensées peuvent prolonger le rebond tout en limitant les risques d'un atterrissage déstabilisant", a déclaré Maurice Obstfeld, chef économiste du FMI.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Christine Lagarde ne croit pas à une suggestion d'Emmanuel Macron pour lutter contre le monopole de Google ou Facebook

VIDEO: Ce château à Aix-en-Provence est en vente pour 14,5 millions d’euros — voici à quoi il ressemble de l’intérieur