Francois Fillon lors d'un meeting politique à Chasseneuil-du-Poitou près de Poitiers, le 9 février. REUTERS/Stephane Mahe

Le Parquet national financier (PNF) a écarté jeudi un classement sans suite à ce stade de l'enquête ouverte sur les soupçons d'emplois fictifs dont aurait bénéficié la famille du candidat de la droite à l'élection présidentielle, François Fillon.

Le procureur financier précise dans un communiqué que l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF) lui a remis mercredi les premiers résultats de l'enquête préliminaire.

Cette enquête, ouverte le 25 janvier, concerne des faits "susceptibles d'être qualifiés de détournements de fonds publics, abus de biens sociaux et recels de ces délits, mettant en cause, notamment, M. et Mme Fillon", rappelle-t-il.

"En tant qu'autorité de poursuite, il est de mon devoir d'affirmer que les nombreux éléments déjà recueillis ne permettent pas d'envisager, en l'état, un classement sans suite de la procédure", ajoute-t-il. "Les investigations vont se poursuivre dans le strict respect des règles qui gouvernent le code de procédure pénale."

Les avocats de François et Penelope Fillon ont répété ces derniers jours que les emplois dont ont bénéficié son épouse et deux de ses enfants étaient légaux et expliqué que le PNF n'était pas compétent.

Les options dont dispose le PNF sont un classement sans suite s'il estime à la fin de son enquête que les délits ne sont pas constitués ou la transmission du dossier au parquet de Paris s'il considère qu'il n'est pas compétent.

Il peut aussi ouvrir une information judiciaire, et confier l'enquête à des juges d'instruction, ou directement renvoyer devant le tribunal correctionnel une ou plusieurs des personnes visées par l'enquête.

Le PNF conduit actuellement 162 enquêtes sur la probité, ce qui concerne notamment le détournements de fonds publics,

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Il y a actuellement 162 enquêtes sur la probité ouvertes par le parquet financier qui instruit l'affaire Fillon