Les voitures volantes imaginées par Luc Besson dans le Cinquième Elément. YouTube

Les voitures volantes imaginées par Luc Besson dans le Cinquième Elément. YouTube

Le groupe aéronautique et de défense Airbus a entamé une importante réorganisation. Elle a pour objectif de mieux préparer le géant franco-allemand à l'avenir.

Cet avenir pourrait inclure la production de voitures volantes.

C'est ce que laisse entendre Tom Enders, le président exécutif d'Airbus Groupe, dans un entretien accordé ce lundi au Figaro. 

"Nous maîtrisons la quasi-totalité des technologies nécessaires - miniaturisation, intelligence artificielle, connectivité, batteries électriques… - pour développer des véhicules aériens autonomes."

Pour expliquer son raisonnement, il cite les réflexions actuelles de villes comme Singapour, Sao Paulo ou Tokyo pour l'exploitation de couloirs aériens destinés à des voitures volantes.

"La voiture volante deviendra une réalité, plus vite que ce que nous imaginons. Dans les dix ans à venir, les industriels feront de grands progrès. Le marché des voitures autonomes qu'elles soient terrestres ou volantes décollera avec l'amélioration de la connectivité et l'arrivée de la 5G entre 2020-2025. "

S'il s'intéresse à ces projets, c'est que le groupe se prépare à l'arrivée de nouveaux acteurs issus de la Silicon Valley.

Les traditionnels Boeing ou industriels de la défense, qu'ils soient Américains, Chinois, Brésiliens ou Canadiens ne seront plus ses seuls concurrents. Place à SpaceX, Google, avec sa Google Car et même Uber.

"Il ne faut pas sous-estimer d'autres concurrents qui pourraient surgir là où on ne les attend pas. Les GAFA s'intéressent à l'aéronautique et au spatial. Un de leurs objectifs est de donner accès à Internet à tous les êtres humains en passant par l'espace, les satellites ou des ballons stratosphérique."

Interrogé sur la capacité d'Airbus a entrer dans la course face à SpaceX et Boeing pour être le premier à poser un vaisseau spatial habité sur Mars, Tom Enders doute de type de projets sans le soutien de fonds publics.

"Aucune entreprise privée sérieuse ne peut investir seule dans les voyages sur Mars."

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Elon Musk veut coloniser Mars d'ici à 2022 — voici son projet

VIDEO: Voici comment bien choisir ses fruits au supermarché — ne vous fiez pas à la couleur