Un ancien de Google devenu philosophe James William.
James William

  • James Williams, un ancien de Google qui a démissionné pour devenir philosophe, a publié un nouveau livre sur la façon dont les entreprises tech exploitent notre attention.
  • Il affirme que la distraction de la technologie est beaucoup plus vaste que de simplement regarder votre téléphone en permanence — de plus, cela empêche les gens d'atteindre des objectifs de vies et conduit à des crises, comme celle des fake news.
  • Il a déclaré que les entreprises comme Facebook et Google peuvent diffuser des messages amicaux sur la façon dont ils veulent aider les gens à se connecter avec le monde et les uns avec les autres, mais leurs indicateurs de réussite réels sont différents.
  • Williams a déclaré que l'industrie de la tech devrait ré-évaluer la publicité comme un modèle économique.

Si vous avez un vague intérêt pour la technologie, vous avez peut-être entendu parlé des termes tels que "économie de l'attention" ou "économie de distraction".

C'est l'idée que l'attention humaine est comme n'importe quelle autre marchandise: elle est rare, et les gens doivent la répartir entre leurs diverses tâches et intérêts.

Le terme est devenu plus populaire depuis le boom des smartphones, alors que les différentes applications et services rivalisent pour attirer votre attention, en tenant compte de sa rareté.

Comme l'a dit Reed Hastings, DG de Netflix en 2016: "Chez Netflix, nous sommes en concurrence pour le temps de nos clients, donc nos concurrents incluent Snapchat, YouTube, le sommeil, etc."

C'est presque devenu un peu cliché de parler de distraction numérique et des trucs bizarres que les gens font pour l'éviter — de la retraite silencieuse de 10 jours du DG de Twitter, Jack Dorsey, aux camps de désintoxication numérique où les gens abandonnent leurs téléphones pendant une semaine.

Mais selon James Williams, un ancien stratège produit de Google devenu philosophe à l'Université d'Oxford, la façon dont les entreprises technologiques nous distraient et se font concurrence pour attirer notre attention a un effet cumulatif beaucoup plus profond.

Williams a travaillé chez Google pendant plus de dix ans sur la publicité du moteur de recherche, les analytics et d'autres projets avant de démissionner en 2016 pour se concentrer sur son doctorat.

"J'ai réalisé que cet environnement de concurrence pour l'attention des gens était raisonnable dans l'ère pré-internet, où il y avait peu d'information", a déclaré Williams à Business Insider. "Mais dans une période de surabondance d'informations, cela se traduit par quelque chose de profondément différent, c'est devenu un environnement global et persuasif."

"Il y a quelque chose de vraiment nouveau ici, c'est un ensemble de considérations humaines qui n'étaient pas réellement prises en compte dans l'équation — les objectifs de vie des gens, leurs valeurs et leur bien-être."

Les trois niveaux d'attention humaine - et comment ils sont altérés par la technologie

Dans un nouveau livre publié jeudi, "Stand Out of Our Light", Williams affirme qu'il existe plusieurs niveaux d'attention humaine. Williams a remporté le premier prix du concours de rédaction d'essai Nine Dots l'an dernier, avec la version originale de "Stand Out of Our Light".

Dans le livre, il compare ces différents niveaux d'attention à différents types de lumière.

La lumière la plus artificielle, ou "le projecteur", concerne votre attention immédiate — par exemple, en détourner votre attention d'un livre pour cliquer sur une notification Candy Crush sur votre téléphone.

Williams a nommé le deuxième degré "lumière d'étoile" et la définit comme vos valeurs plus larges. Il dit que se laisser distraire au quotidien signifie que vous finissez par vous éloigner des objectifs plus élevés que vous vous êtes fixés.

Vous pourriez avoir comme objectif de vie de toujours rester humble — mais prendre des selfies tous les jours et de surveiller sur les "j'aime" pourrait vous distraire de cela au fil du temps.

Charley Gallay/Getty

Il appelle le troisième degré d'attention "lumière du jour". C'est probablement le niveau le plus largement défini, et ses exemples de distraction donnés incluent des problèmes de société tels que les fake news et l'indignation en ligne constante.

En d'autres termes, la technologie a contribué à ce que les gens soient incapables de distinguer le vrai du faux, et ce qui mérite de l'attention. Et cela, à son tour, a peut-être contribué à la montée de politiciens populistes comme Donald Trump.

Le président Trump avec une expression facile triomphante.
Leah Millis/Reuters

"Au niveau individuel, la priorité donnée à la renommée est préoccupante", a déclaré Williams à Business Insider. "L'indicateur de succès pour les gens est devenu similaire à l'indicateur de succès pour les campagnes publicitaires et de nombreuses manières, Trump incarne le résultat final de ce processus. C'est essentiellement une sorte de narcissisme suralimenté."

Les entreprises de tech devraient être plus honnêtes quant à leurs objectifs

Pour Williams, une partie de la raison pour laquelle nous sommes profondément distraits est que les entreprises de tech ne sont pas nécessairement honnêtes sur leur modèle éco.

Une entreprise pourrait dire qu'elle veut vous connecter au monde. Mais les objectifs réels de son produit sont plutôt de "maximiser le temps que vous passez avec leur produit, en vous faisant cliquer, tapoter ou défiler autant que possible, ou en vous montrant autant de pages publicitaires que possible," selon Williams.

Capture d'écran des "Instagram albums". Instagram Blog Post.

Google et Facebook, dont les modèles économiques reposent entièrement sur la publicité et l'engagement des utilisateurs, n'énoncent jamais ces objectifs de produit en premier lieu.

"Ce qui est saisissant c'est que nous n'ayons pas cela, que nous n'ayons pas plus de transparence sur les objectifs de conception persuasive des services que nous utilisons," a déclaré M. Williams.

"Par exemple, si je télécharge une application sur Android et si on me disait pas seulement à quelle information l'application veut accéder, mais aussi qu'elle a un objectif de conception X, Y, Z,  ce serait un réel succès. Il n'y a aucune transparence au niveau des applications ou des plateformes."

"Williams pense que les régulateurs devraient poser des questions non seulement sur la confidentialité des données, mais aussi sur la manipulation psychologique en tant que modèle économique. Il a également déclaré que l'industrie de la tech devrait reconsidérer la publicité comme un modèle économique dans son ensemble."

"Il y a un débat plus large sur les types de persuasion que nous voulons avoir comme modèles économique", a déclaré Williams.

Version originale: Shona Ghosh/Business Insider UK

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Instagram va bientôt vous montrer à quel point vous êtes accro à leur appli

VIDEO: On a navigué sur la Seine à bord du bateau-taxi futuriste de Sea Bubbles — un jour vos déplacements pourraient ressembler à ça