Le coût des complémentaires santé augmente vite, trop vite pour l'UFC-Que Choisir. Selon l'association de consommateurs, la cotisation moyenne à une complémentaire s'élève à 688 euros par an en 2017. Un chiffre en progression de 47% par rapport à 2006. 

Résultat, le prix des complémentaires santé a augmenté trois fois plus vite que l'inflation au cours des dix dernières années. Et en moyenne, seulement 70% des cotisations reviennent aux assurés sous forme de prestations, dans le cadre de leurs dépenses de soins.

Le taux de redistribution tombe même à 66% pour les contrats individuels, souscrits hors contrats collectifs proposés par les entreprises. Et il chute à 50% pour les contrats intégrant le plus de frais de santé.

L'explication à cette forte croissance des cotisations se trouve notamment dans la hausse des frais de gestion. L'UFC-Que Choisir parle "d'importante dérive". "Depuis 2010, ces frais ont augmenté deux fois plus vite que les remboursements accordés aux assurés", précise l'association.

Ils atteignaient 7,2 milliards d'euros en 2016, soit 20% des cotisations hors taxes. Une bonne partie correspond à des dépenses en publicité et en communication.

Crainte d'une nouvelle hausse avec le reste à charge zéro annoncé par Macron

Les frais pour les organismes assureurs pourraient bien s'accroître dans les prochaines années. Le président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé mercredi 13 juin, au congrès de la Mutualité française, la mise en place d'un reste à charge zéro pour les patients sur les lunettes, les couronnes dentaires et les audioprothèses d'entrée de gamme. Une réforme qui doit s'achever en 2021.

Or, le dispositif du reste à charge zéro représente un coût, que pourrait répercuter les organismes assureurs sur le montant des cotisations. "Il est encore difficile d'évaluer l'effort global que devront fournir les complémentaires santé", a confié aux Echos Thierry Beaudet, le président de la Mutualité française. "Personne ne sait mesurer précisément les effets d'un reste à charge nul", a-t-il ajouté.

Emmanuel Macron se veut rassurant sur le sujet. Il n'est pas question que les cotisations augmentent pour compenser le coût de la réforme instaurant un reste à charge zéro. "Il n'y a pas dans cette affaire de marché de dupes", a-t-il déclaré mercredi.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Les 19 pays avec les meilleurs systèmes de santé au monde

VIDEO: Les jouets en plastique avec lesquels votre enfant joue dans le bain peuvent être dangereux pour sa santé — voici pourquoi