présidentielle

De gauche à droite: François Fillon, Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen et Benoît Hamon, le 20 mars 2017. REUTERS/Patrick Kovarik

Cinq candidats à l'Elysée se sont affrontés lundi soir pour le premier débat de la campagne présidentielle 2017.

Organisé par TF1, ce débat était le premier, dans l'histoire politique française, à être organisé avant le premier tour du scrutin, prévu le 23 avril.

François Fillon (LR), Benoît Hamon (PS), Marine Le Pen (FN), Emmanuel Macron (En Marche) et Jean-Luc Mélenchon (Parti de Gauche) ont été choisis car ils font la course en tête dans les intentions de vote et comptent ainsi comme favoris. 

Après une courte introduction de chacun, les cinq candidats ont esquissé leurs projets en matière de questions de société (éducation, laïcité, justice, sécurité, écologie), d'international (frontières, terrorisme) et d'économie (chômage, protection sociale) et ont croisé le fer à quelques reprises.

Nous avons réuni les déclarations les plus marquantes ci-dessous.

Fillon

François Fillon (LR), lors du débat de TF1, le 20 mars 2017. MyTF1

On est 11 candidats à l'élection présidentielle. Il y en a cinq ici. C'est un problème démocratique. Avec cette règle, je n'aurai pas pu être au débat de la primaire de la droite. — François Fillon

Je serais le dernier président de la Ve République car sitôt élu, je convoquerai une assemblée constituante qui préparera une nouvelle constitution. — Jean-Luc Mélenchon

Je n'aspire pas à administrer ce qui serait devenue une région, une vague région de l'Union européenne. — Marine Le Pen

Quel peuple voulons-nous être au soir du 7 mai? Quelle république voulons-nous? Quel message voulons-nous adresser au monde? — Benoît Hamon 

Benoit Hamon

Benoît Hamon (PS), lors du débat de TF1, le 20 mars 2017. MyTF1

Notre police a besoin d'être réarmée en effectif et en matériel. Je suis pour la présomption de légitime défense des forces de l'ordre. — Marine Le Pen

Il nous faut renforcer la police financière pour récupérer nos biens. Il faut en finir avec la clochardisation de la justice. Il faut revenir à une logique de gardien de la paix. De la paix. — Jean-Luc Mélenchon 

On peut être rigoureux sur les finances publiques mais investir sur les priorités. On a besoin de recréer un rapport d'autorité. C'est du pragmatisme et pas des grands principes.— Emmanuel Macron

J'ai un désaccord profond avec Emmanuel Macron qui à Berlin a félicité Merkel pour la politique qu’elle a conduite aujourd'hui critiquée par ses propres amis en Allemagne. — François Fillon

Je veux arrêter l'immigration. Légale et illégale. — Marine Le Pen

Une limite aux illégaux? Comment vous les comptez ? Vous les jetez à la mer ? Vous les frappez? Ce n’est pas sérieux. Moi je suis un enfant d'immigrés. — Jean-Luc Mélenchon

Jean-Luc Mélenchon

Jean-Luc Mélenchon (Parti de Gauche), lors du débat de TF1, le 20 mars 2017. MyTF1

La laïcité, c'est ce qui protège, et ce qui permet de croire et de ne pas croire. — Emmanuel Macron

Non seulement il faut promouvoir la laïcité, mais il faut aussi lutter contre le communautarisme. — Marine Le Pen

Vous ne pouvez pas établir une police du vêtement dans la rue! Vous voulez empêcher les gens qui ont les cheveux verts ou des mini-jupes? — Jean-Luc Mélenchon

Vous serez gentille, je ne vous fais pas parler et n'ai pas besoin d'un ventriloque. Quand j'ai quelque chose à dire je le dis clairement. — Emmanuel Macron à Marine Le Pen, qui évoque sa position sur le burkini.

Il faut que les musulmans eux-mêmes se révoltent contre la montée de l'intégrisme et qu'ils aident la République à éradiquer cette montée. — François Fillon

Cette campagne a été polluée par l'argent. — Benoît Hamon

Comment ma campagne est financée? Par des personnes physiques qui donnent entre 1 et 7500 euros, comme le prévoit la loi électorale. N'insultez pas ces femmes et hommes qui veulent renouveler la vie politique de ce pays. — Emmanuel Macron

Emmanuel Macron

Emmanuel Macron (En Marche!), lors du débat de TF1, le 20 mars 2017. REUTERS/Patrick Kovarik

Il faut bien qu'il y ait un débat au PS. — Jean-Luc Mélenchon, après l'échange de Benoît Hamon et Emmanuel Macron sur les dons privés

La stabilité n'est pas inutile dans un monde aussi dangereux que le nôtre. La monarchie présidentielle, c'est beaucoup l'usage qui est fait par les présidents de leurs pouvoirs et de leur mandat. — François Fillon

Il faut châtier les corrompus et les corrupteurs. Or, de ces derniers, on n'entend jamais parler. — Jean-Luc Mélenchon

Je crois que c'est encore pour moi. — Emmanuel Macron, quand Marine Le Pen commence à parler de pantouflage 

Je serai le candidat du travail et de la feuille de paie. — Benoît Hamon

Plus il y a d'heures travaillées, plus il y a de production, plus il y a de richesse. — François Fillon

Vous avez de beaux principes, mais ces principes aujourd'hui ne protègent plus. — Emmanuel Macron à Jean-Luc Mélenchon

Marine Le Pen

Marine Le Pen (FN), lors du débat de TF1, le 20 mars 2017. REUTERS/Patrick Kovarik

Je vais protéger les agriculteurs, les chefs d'entreprises, les indépendants. Je veux les préserver du serial killer qu'est le RSI. — Marine Le Pen

Le vrai serial killer du pouvoir d’achat, c'est vous Madame Le Pen avec la sortie de la zone euro. Vous entraînez le pays vers un véritable chaos économique qui conduira à la ruine des emprunteurs et des épargnants. — François Fillon

Je propose qu'une personne puisse faire don de trimestres de cotisation à son conjoint. — Benoît Hamon

J'aimerais bien que ceux qui ont été au pouvoir assument leurs responsabilités. — Marine Le Pen

Le problème de la pénibilité est que les Français considèrent tous que leur profession est pénible. — François Fillon

On soigne bien mais on prévient mal. — Emmanuel Macron

Je souhaite que soit inscrit dans la loi le droit à l'euthanasie. — Benoît Hamon

François Fillon, Emmanuel Macron, Jean-Luc Melenchon, Marine Le Pen, Benoît Hamon avant le débat à Paris, le 20 mars 2017. REUTERS/Patrick Kovarik

J'ai aimé Chirac quand il a dit non. — Marine Le Pen, à propos de l'intervention en Irak.

Je propose des choses réalistes, Madame Le Pen. — François Fillon

Toute intervention militaire de la France doit se situer dans le cadre d'un mandat des Nations Unies. — Benoît Hamon

La lutte contre l'Etat islamique n'est pas du tout un succès. — François Fillon  

Je suis le seul candidat qui se conforme dès le début à nos engagements européens. — Emmanuel Macron

J’ai fait quelques erreurs, j’ai quelques défauts — qui n’en a pas, mais j’ai l’expérience. — François Fillon

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : On vous présente les jeunes de moins de 30 ans qui travaillent dans les équipes de campagne de la présidentielle 2017