WPP, le numéro un mondial de la publicité, continue de croître trimestre après trimestre. Mais cette hausse est moins importante au troisième trimestre 2016.

Le groupe a fait état lundi 31 octobre d'un ralentissement de sa croissance organique à 2,8% au troisième trimestre. Au premier et au deuxième trimestre, elle s'élevait respectivement à 3,2% et 4,3%.

La dégradation de ses performances est notable au Royaume-Uni. A périmètre constant, la croissance de ses ventes nettes est de 2,7% sur les trois derniers mois, contre 3,4 % au deuxième trimestre, selon les chiffres du groupe.

Pour WPP, la raison est toute trouvée : le Brexit.

Le directeur général du groupe britannique, Martin Sorrell, a déclaré que le marché britannique avait "un peu ralenti, ce qui reflète peut-être un peu de l'incertitude autour du Brexit".

La croissance du numéro un mondial de la publicité dépasse néanmoins les attentes des analystes de Goldman Sachs, qui tablaient sur une hausse de 2,6%.

Le groupe britannique prévoit désormais une croissance supérieure à 3% de son chiffre d'affaires à données comparables et de ses revenus nets annuels, alors qu'il avait évoqué en août une hausse "bien supérieure à 3%".

Au troisième trimestre, la croissance de son chiffre d'affaires à données comparables est revenue à 3,2%, contre 4,3% sur les six premiers mois de l'année.

A titre de comparaison, Publicis a marqué le pas au troisième trimestre, pénalisé par des pertes de budgets aux Etats-Unis, et s'est montré prudent pour la fin d'année.

Sur la période de juillet à septembre, le groupe français, numéro trois mondial, a enregistré une croissance organique de 0,2% contre 0,8% attendu par le marché et après 2,7% au deuxième trimestre.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : L'année 2017 promet des turbulences et Publicis ne sait pas encore qui l'aidera à les traverser

VIDEO: Voici ce qui se passerait si la Terre était plate