L'Europe va pour la première fois utiliser un mécanisme pour protéger ses entreprises des sanctions des Etats-Unis contre l'Iran — mais elle sait déjà que l'effet sera limité

Un Airbus A320 d'Iran Air à l'aéroport de Belgrade Nikola Tesla. Le constructeur est concerné par les sanctions des Etats-Unis contre l'Iran. REUTERS/Marko Djurica

La Commission européenne va entreprendre vendredi l'activation de la "loi de blocage" censée protéger les entreprises européennes des sanctions que les Etats-Unis s'apprêtent à réinstaurer contre l'Iran.

Ce mécanisme, datant de 1996 et jamais employé, adopté à l'époque pour contourner l'embargo sur Cuba, permet aux entreprises et tribunaux européens de ne pas se soumettre à des réglementations relatives à des sanctions prises par des pays tiers.

Les gouvernements de l'Union la considèrent toutefois plus comme une arme politique que comme un instrument juridique pratique car elle est assez vague et difficile à mettre en oeuvre.

"En tant que Commission européenne, il est de notre devoir de protéger les entreprises européennes. Nous devons à présent agir et c'est pourquoi nous allons lancer le processus d'activation de la 'loi de blocage' de 1996", a annoncé le président de la Commission, Jean-Claude Juncker, lors de sa conférence de clôture du sommet UE-Balkans de Sofia.

"Nous ferons cela demain (vendredi) matin à 10h30", a précisé Juncker.

Le président américain, Donald Trump, a annoncé mardi 8 mai 2018 que les Etats-Unis se retiraient de l'accord conclu à Vienne en juillet 2015 sur le programme nucléaire iranien, et allaient rétablir les sanctions américaines contre Téhéran.

Conséquence directe, les entreprises qui commercent avec le pays vont subir des sanctions. Plusieurs grandes sociétés françaises sont concernées comme Airbus ou Total.

"Nous avons également décider d'autoriser la Banque européenne d'investissement (BEI) de faciliter les investissements des entreprises européennes en Iran. La Commission elle-même va poursuivre sa coopération avec l'Iran", a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse.

Le vice-président de la Commission européenne chargé des services financiers, Valdis Dombrovskis, a toutefois estimé que ce dispositif n'aurait qu'une efficacité limitée "étant donné la nature internationale du système bancaire et en particulier l'exposition des grandes banques au système financier américain et aux transactions en dollars américains", a-t-il dit.

"Il y a des questions difficiles qui se posent à nous et auxquelles nous devons répondre. Nous travaillons sur la façon de traiter ces problèmes", a-t-il ajouté devant le Parlement européen.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : On vous présente les entreprises françaises menacées par la décision de Donald Trump de rétablir des sanctions contre l'Iran

VIDEO: Ces lunettes de soleil connectées vous permettent d'écouter de la musique, sans écouteurs

Nouveau ! Découvrez BI Intelligence Profitez dès maintenant de notre offre de lancement ›

Contenu Sponsorisé

4 tendances qui définiront le futur de la mobilité urbaine

  1. simona

    IRAN Vs USA un axe de cette nouvelle Guerre Economique. Les US sortent donc de cet accord qui était déjà un peu asphyxié depuis 2015, cela , à cause de l'extra-territorialité des lois US . Comme l’écrit l’analyste @bernard_jomard, il faut noter, qu'en 4 Mois le prix du pétrole a augmenté de 27%, alors que les USA sont devenus exportateur net de gaz pour la 1e fois en 60 ans. Les Perdants de la fin du deal avec l’Iran, sont bien sur les importateurs d'énergie, La Chine , l'Europe et ses entreprises ,Airbus (10% des composants viennent des US) Peugeot, Renault et Total présents eux en Iran. Et les Gagnants sont, les USA, qui affaibli l’Europe gros fournisseur de l'Iran, autre gagnant, l'Arabie Saoudite et les autres producteurs de gaz et pétrole, dont l’ami Russie, lire la suite sur : http://bernard-jomard.com/2016/12/05/comprendre-la-guerre-economique/

  2. guigui

    Le match n'est pas fini, les USA sont des gros exportateur d'armes, si ils ne mette pas d'eau dans leur vin, ils peuvent perdre des clients et cassé le jouet OTAN.

Laisser un commentaire

Copyright © 2016 Business Insider Inc. Tous droits réservés. Conditions d'utilisations | Charte de protection des données | Publicité

Editions Internationales US UK DE FR AUS ID IN MY SG PL SE NL